3 juillet 2020

Cérémonie de Promulgation du Prix littéraire au théâtre Sorano 10e édition

La Cérémonie de proclamation de la 10e édition du prix littéraire du lycée Déodat de Séverac s’est déroulée le 25 Février 2020 au théâtre Sorano.

promulgation10e

Etaient réunis à cette très belle occasion au théâtre, la centaine de lycéens jurés de ce prix accompagnés de leurs professeurs, des artistes intervenants (comédiens et comédiennes de la Compagnie Anne ma soeur Anne, Capitaine Slam),  de nos partenaires (librairie Ombres blanches, équipe du théâtre Sorano) ainsi que l’équipe de direction du Lycée dont Monsieur Soulier, le proviseur et Mme Dispa, proviseure-adjointe.

Au programme de cette Cérémonie, les lycéens jurés, artistes d’un jour, se sont produits sur scène afin d’offrir au public un  très beau spectacle sur la scène du théâtre en hommage aux six oeuvres de la sélection annuelle sur lesquelles ils ont travaillé tout au long du projet avec l’accompagnement des artistes intervenants et leurs professeurs.

Ecoutez l’émission radiophonique couvrant cet événement au Sorano: cliquer ici

Sur scène se sont succédés, des lectures des oeuvres de la sélection ainsi que des créations personnelles et collectives dont entre autre des saynètes de théâtre, des intermèdes musicaux, des performances poétiques, des discours d’éloquence et ce pour le plus grand plaisir des spectateurs venus célébrer la littérature contemporaine et témoigner du plaisir des lectures partagées le temps du projet.

Photos 6

Photo6

Photoslam1

promulgation10e

Avant de clôturer cette cérémonie, les 100 lycéens jurés ont procédé au vote final à partir des 3 titres restés en lice (La plus précieuse des marchandises, La machine est ton maître et ton seigneur, La recomposition des mondes) et ce afin d’élire le grand lauréat de ce prix.

 

Le grand lauréat de ce prix littéraire « Vivons littérature 2020″ est….

la plus précisuese

Découvrir le film de présentation de la Proclamation du Prix littéraire: ici

11 juin 2020

Discours « Magie industrielle » proposé lors de la Cérémonie de Proclamation du Prix littéraire

Bonjour à toutes et tous,

 

Je suis Mohamed et je représente la classe 603.

Oui, vous avez apprécié le livre Magie Industrielle : pour son univers magique mettant en scène une multitude de super-héros. C’est un récit envoûtant.

En effet, tout le monde peut s’identifier à ces personnages, car, qui n’a jamais rêvé d’être un super-héro ?

Pourtant, vous n’avez pas voté pour ce titre et nous comprenons pourquoi.

Vous avez jugé qu’il y avait des incohérences dans le récit. Vous vous êtes souvent perdu au cours de cette lecture. L’auteur vous a proposé de rêver à travers différents films, de rentrer dans la peau de différents héros, c’est déroutant et c’est pour cela qu’il vous a été parfois difficile de vous repérer.

De plus, pour bien comprendre ces histoires courtes, vous deviez disposer d’une bonne connaissance des supers-héros, mais malheureusement ça n’a pas toujours été votre cas.

Enfin, le style d’écriture ne vous a pas conquis. Vous avez trouvé que ce texte était trop littéraire et difficile à lire. L’auteur utilise beaucoup de figures de style sans compter les nombreuses métaphores que vous avez parfois eu du mal à cerner, à comprendre.

Et c’est pour toutes ces raisons, comme vous le comprendrez, que Magie Industrielle n’a pas été retenu pour le vote final. 

Merci à tous.

Mohamed, 603

11 juin 2020

Discours « Les déplacés » proposé lors de la Cérémonie de Proclamation du prix littéraire

Bonjour à toutes et tous,

Je suis Amine et je représente la classe 603.

L’afflux massif de migrants est un défi humanitaire et politique majeur, un sujet actuel qui nous concerne tous.

Qu’il s’agisse de migrants, de réfugiés politiques, de réfugiés climatiques, que ces personnes aient fui la guerre, la pauvreté, les persécutions, qu’elles soient issus de Syrie, d’Afrique ou encore d’Asie, toutes sont « des déplacés ».

Cet ouvrage, nous livre des témoignages d’auteurs qui, à un moment de leur vie, ont dû tout quitter pour partir vers l’inconnu.

Cet ouvrage nous ouvre les yeux sur la situation actuelle mais aussi plus ancienne des migrants, qui, pour beaucoup, ont été obligés de fuir leur pays d’origine pour survivre.

C’est vrai, ces histoires singulières ne vous ont pas laissé indifférent. Elles vous même ont touché.

Pourtant, vous n’avez pas retenu ce recueil dans la sélection finale.

En effet, vous êtes peu nombreux à avoir eu envie de découvrir ce livre et à l’avoir lu. Cela a eu un impact direct sur le nombre de votes qu’il a pu remporter.

De plus, son format vous a découragé et son rythme lent ne vous a pas donner envie de poursuivre la lecture.

C’est pour toutes ces raisons que cet ouvrage n’a pas été retenu dans la sélection finale.

Merci à vous.

Amine, 603

11 juin 2020

Discours « Le maître des miniatures » proposé lors de la Cérémonie de Proclamation du Prix littéraire

Bonjour à toutes et à tous,

Je m’appelle Lisa et je représente la classe 601.

Il y a plusieurs manières de découvrir ce qu’est le cinéma. On peut par exemple s’installer confortablement dans un fauteuil pour regarder un film sur grand écran mais on peut aussi le faire en se plongeant dans la lecture des pages d’un roman.
Justement, le « maître des miniatures » nous le permet et nous parle de tout petits personnages conçus pour le cinéma par des hommes à l’imagination débordante.

Dans ce roman, on découvre le personnage de Godzilla, monstre emblématique du cinéma japonais qui fut créé dans les années 50 par Eiji Tsuburaya, créateur et réalisateur d’effets spéciaux pour la Toho Film.

C’est avant tout la vie de ce réalisateur que l’on découvre à travers les pages de ce roman. Or, vous auriez aimé en savoir plus sur le film et les techniques cinématographiques employées à cette époque.

Trop centré sur la vie personnelle de ce réalisateur, ce récit à l’écriture complexe et au dénouement trop triste vous ont déçu. Son rythme lent et le manque cruel d’actions vous ont même ennuyé.

Pourtant, les opinions sur ce livre étaient partagées. Parmi vous, certains l’ont beaucoup apprécié. Vous l’avez trouvé divertissant et porteur de morales inspirantes. Vous avez aimé les personnages au profil intrigant, notamment celui d’Eiji, un homme courageux et prêt à tout pour vivre sa passion pour le cinéma. Effectivement, c’est une histoire unique en son genre que Jim Shepard a souhaité nous raconter mais malheureusement ce fut pour beaucoup d’entre vous une déception.

Vous l’aurez compris, ce roman n’a pas été retenu dans la sélection finale mais il valait malgré tout la peine d’être découvert.

Merci à tous.

Lisa, 601

11 juin 2020

Discours « La plus précieuse des marchandises » proposé lors de la Cérémonie de proclamation du prix littéraire

 Bonjour à toutes et tous,

Je m’appelle Lenny et je représente la classe de 601.

Jean-Claude Grumberg, l’auteur de l’ouvrage « La plus précieuse des marchandises » , a dit dans une interview donnée sur France Culture, qu’il avait choisi d’écrire un conte parce que raconter la vérité était impossible.

Cette vérité, c’est celle de la déportation de nombreuses familles juives, qui pour la plupart ont été exterminées, pendant la seconde guerre mondiale. C’est bien de cela dont il nous parle dans cet ouvrage. Il est vrai que le thème de la shoah a été bien souvent abordé par les écrivains. De nombreux romans historiques ont été écrits à ce sujet, mais Grumberg, par l’écriture originale de ce conte intemporel, nous permet de redécouvrir cette période historique.

Il a su par cette histoire, vous surprendre, vous immerger dans le récit, vous bouleverser, mais aussi nous montrer que, même lorsqu’une situation est désespérée, il y a toujours une petite lueur d’espoir. C’est pour cela que vous l’avez tant apprécié, elle vous a intéressé, captivé et véritablement touché. C’est un livre court, facile à lire et accessible à tous.

Toutefois, certains d’entre vous ont été gênés par le rythme parfois lent du récit développé autour de nombreux et répétitifs : « Pauvre Bucherônne », « Pauvre Bûcheron ».  Mais vous avez été séduit par l’écriture superbe de cet auteur et par le fait que ce conte résonne en nous aujourd’hui. En effet, les problèmes liés aux discriminations raciales dans notre société sont bien réels et malheureusement encore d’actualité.

En écrivant ce conte, Jean-Claude Grumberg nous transmets, à nous, jeunes et moins jeunes, la mémoire de ces faits historiques, pour que, chacun prenne garde à ce que jamais ils ne se reproduisent. Si vous pensez comme moi que transmettre ce message d’espoir aujourd’hui est important et que la démarche de cet auteur est importante, alors votez pour « La plus précieuse des marchandises ».

Merci à tous.

Lenny, 601

21 mai 2020

Que se passe-t-il sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes ?

La Recomposition des mondes de Alessandro Pignocchi

Genre: BD, Roman graphique

Thème: Zad Notre-Dame-des-Landes

Lieu de publication: France

Maison d’édition: Le Seuil

Date: 18/4/19

Nombre de pages: 128

Cette BD aborde la vie des Zadistes de Notre-Dame-des-Landes, en régions Pays de la Loire. Une Zad a été créée suite au projet contesté de création d’un aéroport du grand Sud Ouest en 2018. La Zad est une zone à défendre, à protéger même après l’abandon de ce projet d’aéroport.

Les personnages principaux sont l’auteur et les Zadistes.

L’histoire repose essentiellement sur le combat des Zadistes, l’interaction entre les hommes et la nature.

J’ai apprécié le graphisme de cette BD avec les  aquarelles de belle qualité et très colorées. L’auteur est un dessinateur de talent en plus de ses compétences de chercheur en sciences cognitives, philosophe, blogger et anthropologue.

La description de l’expulsion des zadistes par les gendarmes est marquante.

Ce livre est à lire absolument également  car il y a beaucoup d’humour. Par exemple, il décrit un policier casqué buvant une bière avec une paille.

Ce livre est original de part la description d’une nouvelle vie en société différente avec de l’entraide au sein de la Zad.

Je n’ai pas apprécié la description trop positive des Zadistes, le point de vue de l’auteur est subjectif. Certes, l’auteur a passé quelques temps dans la Zad et semble avoir été émerveillé par cette nouvelle société et les rapports avec la nature qu’entretiennent ces habitants. J’aurai apprécié plus de neutralité pour laisser le lecteur se faire sa propre opinion, même si l’auteur nous permet d’ouvrir les yeux sur une situation partiellement décrite par les médias.

En conclusion, ce livre est très intéressant, il amène le lecteur à avoir une réflexion sur un nouveau rapport au monde, à la nature et ouvre la voie à une nouvelle forme de société.

Arnaud, 609

21 mai 2020

Discours sur Recomposition du monde lors de la promulgation 2020 du prix littéraire

Bonjour à tous et à toutes,

Il y a quelques jours, nous avons eu la chance avec trois camarades de 609 de rencontrer Alessandro Pignocchi à la librairie Terra Nova de Toulouse où il était invité pour présenter sa dernière BD Mythopoièse.

Grâce  à cette rencontre, nous avons pu mieux comprendre son œuvre La Recomposition des mondes et son point de vue sur l’écologie radicale et les zones à défendre.

Même si certains d’entre vous ont eu de mal à comprendre le vocabulaire employé par l’auteur à cause de certaines théories philosophiques, anthropologiques et politiques mises en avant ; le sujet de l’écologie et le rapport que nous entretenons avec la nature nous concerne tous.

Beaucoup de jurés ont souligné que c’est avec humour qu’il nous en parle dans ce roman graphique en nous livrant son expérience personnelle de témoin. Il dénonce des faits d’actualité et ce pour nous sensibiliser et nous alerter sur la situation actuelle des Zadistes, c’est un auteur engagé.

Certain-es d’entre vous ne se sont pas senti-es concerne-ées et d’autres ont trouvé le propos militant trop appuyé. Vous avez également trouvé que les affrontements entre les zadistes et les CRS sont trop ennuyeux et répétitifs, ce qui peut rebuter un peu mais qui correspond à la réalité de l’évacuation de cette Zad.

Cependant, il n’est pas possible de ne pas avoir remarqué la beauté des illustrations réalisées par Pignocchi, ces aquarelles dignes d’un véritable tableau, ainsi que la qualité exceptionnelle d’écriture qu’il nous offre. Tout cela nous permet de facilement comprendre de quoi il nous parle ainsi que de facilement s’accrocher au livre.

Alors, soyez audacieux et votez pour le seul livre de la sélection qui aborde un sujet incontournable pour notre génération, la défense de l’environnement !

Brandon, 609

21 mai 2020

Changement de point de vue

La recomposition des mondes écrit par Alessandro Pignocchi est une bande dessinée parlant du thème des zadistes qui est un thème cher à l’auteur.

L’auteur de la bande dessinée qui est aussi un personnage de cette dernière se met du côté des zadistes en montrant les affrontements avec les CRS mais aussi leur mode de vie qui est bien loin des clichés fournis dans les médias .

La recomposition des mondes est assez simple à lire avec de l’humour cependant il y a de nombreuses références à la société actuelle et à la politique.

Personnellement j’avais une image assez négatives des zadistes, je les prenais pour des hippies, mais cette bande dessinée à totalement changé mon point de vue par rapport à ces écologistes radicaux .

J’ai eu la chance avec d’autres camarades de rencontrer monsieur Pignocchi dans une librairie toulousaine où il venait rencontrer ses lecteurs.

Il nous à expliqué qu’il n’avait pas particulièrement prévu de faire de bande dessinée sur les zadistes mais leur façon de vivre lui a plu lorsqu’il est allé les rencontrer, alors il a voulu en parler dans une de ses œuvres et il a depuis adopté leur cause.

Je vous recommande La Recomposition des mondes si vous voulez en apprendre plus sur les zadistes .

Dayan, 609

21 mai 2020

Un roman graphique accrocheur

       J’ai lu La recomposition des mondes Alessandro Pinocchio. Ce livre a été écrit le 30 avril 2019 et c’est un roman graphique car il y a beaucoup de dessins et qu’il y a aussi beaucoup de texte.

       Le roman graphique parle de la ZAD, c’est une organisation qui est pour la protection de la végétation et vit au plus près de la nature. Les habitants de la ZAD sont contre les personne qui veulent détruire la forêt comme en 2018 sur le territoire de l’aéroport de Notre-Dame-Des- Landes.

        Ce que j’ai aimé dans les personnages des zadistes, c’est que ce que l’on voit à la télévision et ce dont on se rend compte lorsque la BD nous plonge en immersion chez eux, ce n’est pas du tout pareil. Je pense que l’Etat veut  faire passer ces personnes pour de simples toxicomanes, alors qu’ils sont bien autre chose.

         Le style du livre ne me plait pas car je préfère les BD normales et non les romans graphiques car il y a trop de texte et ça gâche les images.

La mise en page du texte me dérange, la police de caractère est trop petite. Par exemple, en lisant la neuvième page de la BD je ne savais pas par où commencer car le nombre excessif de bulles gâche les illustration au deuxième plan, idem à  la page 74-75 il y a trop de texte.

       Le gros point positif, c’est qu’il m’a fallu le lire en entier pour  comprendre la totalité du livre et bien que ce soit un roman graphique, je n’ ai mis pas beaucoup de temps à finir le livre, ce qui prouve qu’il m’a bien accroché.

Marwan, 609

21 mai 2020

Une réflexion sur le concept de Nature

J’ai lu La recomposition des mondes et que dire de ce livre d’Alessandro Pignocchi ?

Le roman graphique de ce jeune auteur nous fait vivre les problématiques sur le terrain de la ZAD de Notre- Dame- des- Landes.

En effet, dès les premières pages l’auteur nous explique que le concept de nature est une création moderne et occidentale qui permet d’organiser le monde en considérant la nature comme ressource avant tout utile à l’homme. L’histoire est racontée avec une bonne dose d’humour.

L’enquête menée dans ce livre emprunte des chemins imprévisibles qui évidemment intéresse le lecteur et nous fait ressentir la proximité des ces écologistes radicaux avec la nature et les plantes.

Cette bande dessinée a beaucoup de ressemblance avec une autre oeuvre graphique intitulée « La ZAD, c’est plus grand que nous » de Thomas Azuelos et Simon Rochepeau  car évidemment le sujet est le même mais surtout parce que les auteurs nous présentent un point de vue différent de celui qu’on a l’habitude d’entendre sur ce thème. 

L’auteur de La Recomposition des mondes  de nous montrer ce qu’il a vu sur la ZAD , et même s’il ne s’agit que de dessins qui rendent compte des affrontements entre les CRS et les zadistes, tout cela  était émouvant car Pignocchi montre que les zadistes ne sont pas toujours dans l’agressivité

En conclusion, ce livre est intéressant, il fait réfléchir le lecteur et stimule notre amour pour le vivant humain et non humain. 

 Saad, 609