13 janvier 2019

Changement de vie !

J’ai débuté le livre Americanah  de Chimamamanda Ngoziu Adichi , qui m’a plu dès sa présentation faite par un professeur lors de l’inauguration.Elle l’a présenté sans forcément nous donner les détails car le récit est très dense.

C’est l’histoire d’une jeune femme nigériane, Ifemulu, qui quitte son pays pour aller vivre le « rêve Américain ».En effet , elle obtient une bourse d’étude pour aller suivre un cursus dans un lieu prestigieux, l’Université de Princeton à  PHILADELPHIE.

L’étudiante part donc s’installer en Amérique, où toute sa vie va changer : sa vie sociale, car elle fait face à de nouvelles mœurs, son quotidien qui ne ressemble pas à ce qu’elle a vécu jusque là. Le changement pour elle est radical si bien qu’Ifemelu va engager une réflexion personnelle importante sur la notion de racisme. Elle va tenté d’étudier et d’analyser  les relations entre les noirs et les blancs aux Etats-Unis à partir de sa propre expérience. Les discriminations raciales qu’elle constate et subit vont véritablement la choquer.

Certes, Ifemelu n’a pas connu tout cela avant parce que chez elle au Nigeria tout cela n’existait pas.

Tout  ceci va la pousser et l’encourager à ouvrir un blog, qu’elle va alimenter et rédigé comme un journal intime. Elle y écrira toutes ses pensées.

Va-t-elle réussir à exaucer son rêve Américain ? Retrouvera-t-elle son première amour ?

Kheira

13 janvier 2019

La horde des marcheurs

En débutant LA HORDE DU CONTREVENT j ai été frappe par la page de garde très artistique qui représente un paysage monochrome pour laisser place à l’imagination de chacun . On peut y percevoir plusieurs choses comme le paysage désertique, des hommes allant dans la même direction et un grand ciel nuageux qui occupe plus la moitié de la page .

L’univers post-apocalyptique est parfaitement représenté tout au long de ce roman graphique . Les personnages sont minces voir sveltes, ce qui laisse penser qu’il est difficile de se nourrir pour ces êtres qui doivent faire face au souffle destructeur du vent qui oblige les humains à se terrer pour survivre.

L’ambiance est pesante car, à tout moment, un ou tous les protagonistes peuvent mourir en raison d’une maladresse commise par l’un  d’entre eux ou par l’apparition  d’un nouveau danger.

La plupart des noms donnés aux personnages sont originaux. Les scènes de combat sont plutôt bien représentées et les couleurs chaudes contribuent à placer le lecteur dans cette ambiance pesante.

Dans la dernière page de ce roman, on retrouve une image identique à celle de la page de garde, probablement pour clôturer ce premier épisode du monde de LA HORDE DU CONTREVENT .

ROHAN

13 janvier 2019

Qui a tué cet homme ?

Après un premier livre « coup de cœur », j’avais de solides attentes pour celui-ci, et je n’ai été que partiellement conquise.

Le roman Qui a tué mon père ?, écrit par Edouard Louis est, selon moi, une histoire intéressante entre la relation du personnage principal et de son père, quoique pesante.

L’environnement dans lequel il grandit est très chaotique, les relations entre chaque membre de la famille sont tendues, elles suscitent la compassion du lecteur.

Le machisme et l’obsession du père pour la masculinité contraste avec l’homosexualité du fils, et la haine de la mère à son égard la rend tout à fait détestable.

Lorsque le personnage principal parle de son père, il ne peut qu’interpréter ses dires car il ne connait pratiquement rien sur lui, que ce soit sur son enfance comme sur ses expériences dans sa vie d’adulte.

J’ai trouvé ce roman trop court, pour moi il manquait de consistance ce qui est fâcheux étant donné la capacité du récit.

 

Chiara

13 janvier 2019

Le Turquetto

Le Turquetto roman écrit par Metin Arditi

J’ai beaucoup aimé la lecture du livre Le Turquetto qui est un roman historique : cette histoire est passionnante.

Tout d’abord, elle est écrite de manière prenante ce qui captive le lecteur. L’intrigue démarre à Constantinople, en Turquie. Le thème du livre est l’art de la peinture destinée à la représentation physique. Ceci est tellement captivant que le premier réflexe est d’aller chercher sur google si le turquetto existe vraiment.

J’aime beaucoup ce genre de récit du XVI siècle parce que c’est une époque qui m’intéresse ainsi que les thèmes tels que : l’art pictural, la religion musulmane qui sont les sujets majeurs de ce roman.

Malgré le fait que ce roman soit dense, il contient 282 pages, le côté mystérieux du récit fait naître le désir chez le lecteur de poursuivre la lecture. Par exemple, la couverture du livre peut intriguer le lecteur. Elle est illustrée d’une seule main peinte comme dans un tableau. Nous nous demandons tout de suite quelle est cette main et à qui elle appartient.

Je vous conseille de découvrir ce beau roman.

Cillya

13 janvier 2019

Un mélange d’amour et d’étude

J’ai débuté la lecture du livre Americanah écrit par Chimamanda Ngozi Adichie.

L’histoire se déroule en Afrique, plus précisément au Nigéria.

Le personnage principal, une jeune femme nommée Ifemulu, décide d’aller étudier à Philadelphie où elle devra faire face au racisme.

Je n’ai pas fini la lecture de ce livre car je n’ai pas été séduite par ce roman, à cause des longues descriptions. L’histoire ne m’a pas trop plu. Ce livre est assez long et compliqué à lire mais il faut insister.

Je me suis arrêtée d’avancer dans l’histoire pour pouvoir découvrir d’autres livres de la sélection mais je pourrai sûrement reprendre la lecture plus tard.

Le personnage principal, Ifemelu , décrit son voyage et sa vie aux Etats-Unis. Les thèmes évoqués dans cette histoire sont le racisme, l’amour, le voyage et les études.

Grâce à cette oeuvre, on comprend mieux ce qu’une personne d’une autre couleur peut vivre et ressentir quand elle arrive dans un pays étranger. Si vous aimez les histoires d’amour, les livres qui évoquent des thématiques actuelles de la société, je vous conseille de lire ce roman.

En outre, l’auteur présente son roman à la façon d’un journal intime.

Ce livre nous fait découvrir la vie d’une personne victime de racisme qui fait face à de nombreuses difficultés pour s’intégrer.

Emilie

13 janvier 2019

Une étrange disparition

J’ai débuté la lecture de  La fille du train  écrit par Paula Hawkins.

J’ai apprécié ce livre dès sa présentation (faite lors de l’inauguration du prix littéraire) car il évoque l’histoire d’une jeune femme alcoolique qui n’arrive pas à oublier son ex-petit ami.

Prise de chagrin,Rachel va alors dès le début nous montrer son univers dans sa vie à Londres et sa routine quand elle prend le train, à travers ses pensées imaginant ce couple qu’elle observe tous les jours habitant à proximité de l’arrêt de train où elle passe.

Au fil de la lecture, on constate la faiblesse et la tristesse psychologiques du personnage principal, cet effet de routine qu’elle nous montre chaque jour a commencé à devenir répétitif.  Je pense que cet effet de routine est voulu par l’auteur afin de nous montrer la situation et le contexte de la vie de Rachel, le personnage principal de ce roman.

J’espère que par la suite il y aura beaucoup plus d’intrigues notamment avec la disparition d’une jeune femme.

Anissa.

13 janvier 2019

Un thriller psychologique accrocheur

La fille du train écrit par Paula Hawkins et édité en 2015.

En débutant la lecture de ce livre, « la fille du train », c’est le ton pris par l’écrivaine, Paula Hawkins, qui attire l’œil.  Celle-ci s’adresse directement au lecteur de manière assez froide.

Je me suis beaucoup identifiée au personnage principal, Rachel, car moi-même je prends souvent les transports en commun. De mes yeux observateurs, j’analyse les personnes qui passent devant moi, en me demandant ce qui se passe dans les coulisses de leurs quotidiens, me demandant s’ils ont des conjoints, des enfants ou parfois, seulement des problèmes.

Ce livre m’a beaucoup plu, une fois commencé il est compliqué de s’arrêter et nos vraies vies nous rattrapent vite, c’est à dire qu’au fur et à mesure de la lecture les heures passent et nous finissons par mettre de côté les choses qu’on avait à faire dans la journée.

En ce qui me concerne, je n’aime pas vraiment lire à l’exception des mangas, mais cette fois-ci j’ai été plus que conquise. Je me suis empressée de le finir pour connaitre les raisons de ce grand mystère qui est la disparition de l’un des personnages principaux.

Entre mystères et bouleversements, il est simple de s’imaginer les scénariis comme si l’on regardait un film.

Kheira

13 janvier 2019

Un Vent Nouveau pour la Lecture…

Lorsque j’ai débuté la lecture de La Horde du Contrevent, un roman de Damasio adapté par Eric Henninot, j’ai été frappé par les détails du graphisme et les dessins colorés.

L’auteur utilise des tons sombres, qui évoquent parfois la tristesse et le chaos.

Avec les romans graphiques ce sont souvent le style et les détails qui sont déterminants pour le lecteur.

Bien que l’histoire et que l’objectif des personnages ( qui affrontent le vent pour trouver son origine) sont très intéressants , le graphisme me semble trop chargé, même parfois complexe à décoder, à comprendre .

Selon moi, un bon graphisme doit être simple et agréable pour le lecteur.

Néanmoins, ce qui m’a plu c’est l’histoire de la horde composée de dix-neuf personnages qui se soutiennent pour lutter contre le vent et survivre.

Mario

13 janvier 2019

Inauguration du Prix littéraire 9″ édition « Vivons littérature »

DSCN0614DSCN0588

L’inauguration de la 9e édition du Prix littéraire du Lycée  s’est déroulée le Vendredi 19 Octobre 2018 en salle de Conférence du Lycée en présence des 150 élèves jurés issus des 5 classes de 1ere participantes cette année à ce très beau projet. Étaient présents pour cet événement, Monsieur Soulier, notre proviseur, l’équipe pédagogique composée de 12 enseignants issus de diverses disciplines, nos partenaires culturels (Librairie Ombres Blanches, Théâtre Sorano, Association Imaginarium) et les artistes intervenants (comédiens, auteurs, artiste de la scène slam), qui accompagneront cette année encore nos élèves dans la découverte et la pratique de champs artistiques variés (écriture, lecture, théâtre, poésie performée)

Cette année, nous « Vivons littérature »!

Les lycéens jurés de cette nouvelle édition du prix littéraire vont découvrir 10 titres de littérature lors de cette nouvelle saison, explorer dix univers singuliers à travers ce tour du monde inédit, 10 occasions pour eux de s’exprimer, de défendre leurs opinions et leurs goûts, de découvrir la littérature contemporaine.

Chaque semaine lors des parlotes organisées en classe et/ou au CDI, ils vont débattre, défendre leurs ouvrages favoris ou les critiquer vertement, rédiger des critiques littéraires et des articles réflexifs sur le blog, tweeter des commentaires de lecture et correspondre avec les auteurs de la sélection, réaliser des chroniques littéraires pour la webradio du lycée, créer des portraits de lecteurs originaux, préparer des lectures expressives d’extraits choisis des romans, écrire des saynètes et des textes de poésie performée à partir des romans, mettre en scène et jouer les saynètes écrites par leurs camarades, rencontrer des auteursparticiper à plusieurs événements littéraires, découvrir la librairie Ombres blanches et le métier de libraire, visiter le Festival imagina’Livres, ….

Accompagnés par plusieurs artistes locaux issus du spectacle vivant, les lycéens jurés, nous présenterons à la fin du mois de Mars 2019 les prestations artistiques qu’il ont préparées tout au long du projet afin de nous offrir un spectacle unique et inédit qui se déroulera le Vendredi 22 Mars 2019 de la Proclamation du Prix littéraire au Théâtre Sorano de 10h à 12h.

Ils profiteront de ces quelques mois pour choisir le grand lauréat, ce roman qui les aura touché, fait vibré, qu’ils auront par dessus tout apprécié de lire.

Nous leur souhaitons une belle parenthèse de vie littéraire!

8 mars 2018

Un voyage vers la Syrie : l’enquête géopolitique.

Le livre de Michele Rech, alias Zerocalcare, s’intitule Kobane Calling et est une bande-dessinée racontant les péripéties de son voyage en Syrie.

Kobane Calling est une BD qui raconte l’histoire des deux voyages du dessinateur dans la région du Kurdistan qui s’étend dans le sud-est de la Turquie, dans le nord-est de l’Irak, dans le nord-ouest de l’Iran et sur deux petites régions au nord-est et au nord-ouest de la Syrie. Il y rencontrera des membres du YPJ (Yekîneyên Parastina Jin: unité de protection de la femme) et des membres du PKK (Partiya Karkerên Kurdistan: Parti des Travailleur du Kurdistan.Au-delà de l’aspect militaire, Zerocalcare s’attache surtout à décrire avec beaucoup de sincérité, le combat des Kurdes de Syrie, dans la région du Rojava, où ils tentent, en plein chaos, d’instaurer une société fondée sur des principes d’égalité et de démocratie. Une société où les femmes, musulmanes ou non, conquièrent jours après jours de nouveaux droits. A travers ce conflit qui ne nous concerne pas, l’auteur parvient à créer une certaine réflexion du lecteur.

Ce que j’ai trouvé vraiment bien dans cette BD, c’est que l’auteur raconte seulement ce qu’il a vraiment vécu durant son voyage, à aucun moment il ne donne son avis sur la situation en essayant de faire partager son idéal par les autres, au contraire, il laisse le lecteur envisager sa propre opinion comme il le souhaite.

Ça faisait vraiment longtemps que je n’avais pas lu de BD mais celle-ci m’y a redonné goût, je vous la conseille vivement.

Amine, 606