28 mars 2019

Atelier d’écriture créative – Scène 1 (La fille du train/ La Horde du contrevent)

Personnages :

Rachel : Je suis une jeune fille brune aux yeux marron. Je suis curieuse et la curiosité est une qualité pour moi. La timidité est un de mes plus gros défauts. Je me souviens d’un couple que je voyais à travers la vitre du train. Je les considérais comme parfaits. Je suis triste car je ne croise plus ce couple et mon objectif est de les retrouver. Elle est alcoolique, divorcée et au chômage. Son mari l’a trompée et a eu un enfant avec sa nouvelle femme, il l’a quittée parce qu’elle buvait, elle est devenue alcoolique parce qu’elle désirait plus que tout un enfant et ne peut pas en avoir. Le couple qu’elle voyait par la fenêtre du train lui semblait être le couple idéal, celui qu’elle aurait voulu avoir.

Golgoth : Je m’appelle Golgoth, je suis le meneur d’un groupe. Ma première qualité est d’être robuste. Mon premier défaut est d’être vulgaire. Aucun souvenir en particulier, aucune émotion. Mon objectif est de retrouver l’origine du vent.

La scène se passe dans une ville du Nord, à quelques kilomètres de la mer, il règne une atmosphère grise et laide. Rachel est sur scène.

Rachel – Ce temps est vraiment désagréable. Je n’arriverai pas à retrouver le couple parfait s’il fait froid et boueux tous les jours, j’espère que le ciel se dégagera pour que je puisse reprendre mes recherches. De plus, la voiture n’a plus d’essence, il va falloir que j’en trouve, il me semble qu’il y a une pompe à essence en centre-ville, mais je ne sais pas s’il me reste assez d’essence pour y parvenir. Bref ! Je me ferais bien un petit chocolat chaud, moi !Je suis bloquée là, je n’arrive pas à aller plus loin. J’ai la tête lourde de bruits.

Rachel va chercher un chocolat chaud et elle percute Golgoth qui entre sur scène.

Golgoth – Vous allez bien mademoiselle ? Ça y est ? On fait le tour des pleureuses ou y’a encore des volontaires ?

Rachel – Ce n’est rien je suis un peu tracassée en ce moment !

Golgoth – Pute-vent ! Ils commencent à me courir tous ! Si ça va pas dites-le clairement !

Rachel – Et bien…C’est juste que j’ai perdu quelque chose de cher à mes yeux.Mais vous vous avez l’air fatigué, pourquoi ?

Golgoth – Je marche, depuis au moins 30 ans déjà. Je suis Golgoth le finisseur ! Traceur de la dernière horde !

Rachel – Vous marchez depuis si longtemps !! Mais pour aller où ?

Golgoth – Chercher l’origine du vent.

Rachel – Le vent ? Je ne pense pas que mes histoires ennuyeuses et idiotes vous intéressent !

Golgoth –Oui le vent. Par chez moi, il fait rage. Exactement ça ne m’intéresse pas du tout.

Rachel – Et bien… Pour tout vous dire, rien ne va dans ma vie, je n’ai pas de travail, pas de famille, je suis seule et mon unique compagnon est l’alcool.

Golgoth – Chacun ses problèmes !Mais l’alcool ne fera que vous ancrer dans la solitude.

Rachel – Oui, mais je n’arrive pas à m’en défaire.

Golgoth – Pour ça, débrouillez-vous, je ne suis pas un psy.

Rachel – Excusez-moi si je ne vous intéresse pas. Parlez-moi de vous alors.

Golgoth – Je n’ai pas grand-chose à dire, depuis tout petit, je cherche à trouver l’origine du vent avec mon équipe qui me pénalise plus qu’autre chose.La horde du contrevent ou l’équipe des bras cassés, tous aussi lents les uns que les autres.J’aurais déjà trouvé l’origine du vent s’ils n’étaient pas là à me coller les bottes.

Rachel – Je suis sûre qu’ils ont des qualités, vous êtes juste de mauvaise foi.

Golgoth – C’est vrai !Ils savent bien se plaindre !

Rachel – Mais vous êtes actuellement en train de vous plaindre de votre équipe ; au final, vous êtes pareil.

Golgoth – Non ! Je n’ai pas besoin de leçons, je préfère m’en aller !

Rachel – Eh bien faites donc ! Au revoir, goujat.

Golgoth – Au revoir, l’alcoolo !

Les personnages s’en vont d’un air énervé.

 

Scène écrite par Hugo et Quentin, 609

Commenter l'article