mars 26th, 2019

Une techno humaine attachante

En l’an 2109, des techno-humains ou « réplicants » vivent désormais avec les Humains. Bruna Husky une réplicante, est obsédée par le jour de sa mort. Il ne lui reste plus que quatre ans, trois mois et vingt-neuf jours à vivre. Avant ça, elle doit trouver la réponse aux mystérieuses et tragiques morts des réplicants. Sont-elles une simple coïncidence, de simples suicides ou bien est-ce plus compliqué que ça ? Bruna est alors confrontée à ses peurs et ses angoisses dans cette enquête sombre et hostile.

Des larmes sous la pluie est un roman de science-fiction écrit par Rosa Montero, une auteure et journaliste espagnole qui reçoit en novembre 2017 le prix national des lettres espagnoles. L’auteure s’est vaguement inspirée du film Blade Runner de Ridley Scott et ne manque pas de le dire dans son livre.

Rosa Montero écrit dans un style très fluide et très simple à lire. Dans son roman, elle aborde les thèmes de la limite des technologies, de la mort, de la quête d’identité. De plus, elle a très bien su, selon moi, représenter le futur. Ensuite son personnage est vraiment très attachant et très touchant, on partage facilement les sentiments de celui-ci et j’ai beaucoup apprécié le fait de ressentir toutes ces sensations à travers le personnage de Bruna.

Il y a malgré tout une chose qui m’a tracassée : j’ai trouvé le début très long à commencer et les textes de lois au milieu des chapitres coupaient le rythme de l’histoire.

Cependant, je dois avouer que ce livre m’a vraiment plu et je le conseille à toutes les personnes, même si elles n’apprécient pas ce genre de roman.

Dounya, 605

 

mars 26th, 2019

Atelier poésie performée Slams de Dounya

J’accuse

J’accuse les séries de nous voler nos vies

J’accuse les Disney de trop nous faire rêver

Je nous accuse d’accuser, et de ne pas agir après, pour enfin tout changer

 Mensonge

Mensonge qui te ronge

Chez ta famille le mensonge est là

Chez tes amis le mensonge est aussi

Mensonge qui te hante

Dans ta voix le mensonge s’entend

Dans tes yeux le mensonge est aussi

Mensonge qui te mange

Dans ton bureau le mensonge s’écrit

Dans ton lit le mensonge est aussi

Tu mens et tu songes, dans le plus profond de tes mensonges

 Le privilège

Désireuse d’amour, de paix

Auprès de ma famille je les ai

Auprès de mes amis je les ai

Malheur je suis dans le bon pays !

Et que désirent les autres ?

Ils désirent comme moi

Amour et paix, famille et amis

Mais ils sont oubliés, entourés par les bombes, les explosions

Plus aucune famille, plus aucun amour, plus aucun plaisir

Et moi je me plains de mon abrutie de sœur, alors qu’eux désirent en avoir une

Je me plains de mes parents alors qu’eux veulent les retrouver

La famille c’est important, l’amour, la paix aussi

Malheureusement, nous sommes des privilégiés

 

                                                                                                                       Dounya, 605

mars 25th, 2019

Des robots parmi-nous ?

           Publié en 2016 et écrit par Rosa Montero mais traduit en français par Myriam Chirusse, Des Larmes sous la pluie est un roman de science-fiction. L’écrivaine espagnole a eu une formation de de psychologie et de journalisme, en effet elle travaille depuis 1976 pour le quotidien espagnol El Pais. Des larmes sous la pluie est un roman qui représente le futur de la Terre, mais qui en même temps traite sur des thèmes comme l’amitié, l’amour, la mort, et la ségrégation raciale envers les réplicants. 

C’est un polar de science-fiction, il est fondé sur une intrigue et sur la recherche systématique, basés sur des preuves et le plus souvent accompli par une enquête policière. La trame a lieu dans un monde futuriste où les données de la science et de la technologie sont extrapolés et plus avancés.

          On est en 2109, et le seul continent existant est appelé Les États-Unis de la Terre; à cette époque, des androïdes (réplicants) sont fabriqués et vivent parmi les humains, ils remplissent de multiples fonctions, ils pensent, ils ont des sentiments, mais leur vie artificielle est limitée dans le temps : ces techno-humains sont des condamnés à mort car ils n’ont que dix ans de vie, après ils subissent un processus cancéreux massif. 

Bruna Husky, une réplicante de combat, travaille comme détective privée et  va enquêter sur la mort mystérieuse et violente d’une poignée de techno-humains, tous emportés par de surprenantes et inexplicables crises de folie meurtrière liées à des mémoires artificielles. On se trouve donc tout au long d’une enquête, dans laquelle on va rencontrer beaucoup de personnages : humains, réplicants, mais aussi des extraterrestres. 

Bruna est évidemment l’héroïne de ce roman, mais il y a d’autres personnages comme Yiannis Liberopoulos, un archiviste qui contrôle les archives centrales des États-Unis de la Terre, mais aussi le meilleur ami de Bruna et qui va joue un rôle clé dans ce enquête.

             Ce livre est une véritable recherche des coupables d’un complot, un enquête qui donne un côté fascinant à l’histoire. Des larmes sous la pluie est un roman à ne pas rater si on aime les histoires qui se déroulent dans une époque différente de la nôtre

La partie du portrait sur notre société paranoïaque, intolérante et raciste m’a fait vraiment réfléchir, sur les erreurs que l’homme à déjà commises dans le passé (l’esclavage, ou la ségrégation des noirs aux États-Unis par exemple), et que nous, ou les générations futures, on peut refaire. 

Il y a aussi un coté plus amusant, que l’autrice explique parfaitement comme si elles existaient, les nouvelles technologies de ce siècle.

           «Au milieu du XXIe siècle, les projets d’exploitation géologiques de Mars et de deux satellites de Saturne, Titan et Encelade, encouragent la création d’un androïde capable de résister aux dures conditions atmosphériques des colonies minières.» (p.22), cette citation est une partie des Archives Centrales de la Terre. On peut voir que l’auteur utilise des extraits de ces archives pour expliquer et faire découvrir au lecteur l’histoire de l’humanité futuriste. Ces parties du livre sont intéressantes et très bien écrites car on remarque la qualité et l’histoire cohérente construite par l’écrivaine. Des larmes sous la pluie est un livre simple à lire qui se focalise sur des thématiques compliquées mais que pourtant n’importe quel lecteur peut arriver à comprendre.

C’est un polar formidable, plein d’aventure et d’intrigue.

Afaf,  605

mars 25th, 2019

Les réplicants défaillants

Des larmes sous la pluie est un roman de science fiction écrit par Rosa Montero en 2013 et traduit de l’espagnol par Myriam Chirousse. Rosa Montero est une  romancière journaliste très connue dans les pays hispaniques et elle écrit beaucoup sur le thème de la psychologie .

Dans son œuvre, l’histoire prend place en 2109 aux Etats-Unis ou des extraterrestres et des réplicants , qui sont des techno-humains, vivent avec les humains.

Le personnage principal, Bruna Husky, et une réplicante et enquêtrice dans le privé. Elle va faire face à une vague de folie de réplicants, comme sa voisine, devenue complètement folle et persuadée d’être humaine et qui essaye de le prouver en s’arrachant un œil. Il s’en suit des morts et des disparitions de réplicants défectueux et elle va essayer de résoudre l’affaire tout en étant inquiète à propos de sa mort, en effet les réplicants naissent à 25 ans et vivent environ 10 ans.

Les aspects techniques et technologiques sont traités par un procédé assez classique et très prisé par les mangakas : les extraits d’archives.

Dans ce récit, l’auteur se centre sur la mort, le deuil et la peur de l’étranger, donc la haine des humains qui veulent tuer les réplicants.

Je n’ai pas particulièrement été attirée par l’histoire car l’action est longue à venir et l’histoire est trop saccadée par les documents d’archives ou d’autres moments plats qui , je pense, freinent l’intrigue.

Océane, 605

mars 25th, 2019

Discrimination Ethique

Des larmes sous la pluie est un livre de l’écrivaine espagnole Rosa Montero qui a été écrit en 2013. C’est un livre qui est dans les thèmes de la science-fiction, c’est aussi inspirée du chef-d’œuvre « Blade Runner » de Philip K. Dick.

Aux États Unis de la Terre en 2119, les réplicants meurent dans des crises de folie meurtrière tandis qu’une main anonyme corrige les Archives Centrales de la Terre pour réécrire l’histoire de l’humanité et la rendre manipulable.

Bruna Husky, une réplicante guerrière, seule et inadaptée, décide de comprendre ce qui se passe et mène une enquête à la fois sur les meurtres et sur elle-même, sur le mémoriste qui a créé les souvenirs qu’elle porte en elle et qui la rapprochent des humains.

Aux prises avec le compte à rebours de sa mort programmée, elle n’a d’alliés que marginaux ou aliens, les seuls encore capables de raison et de tendresse dans ce tourbillon répressif de vertige paranoïaque.
Rosa Montero choisit un avenir lointain pour nous parler de ce qui fait notre humanité, notre mémoire et notre identité, la certitude de notre mort et de celle de ceux que nous aimons. Ses personnages sont des survivants qui s’accrochent à la morale politique, à l’éthique individuelle, à l’amitié et à l’amour. Elle construit pour nous un futur cohérent, une intrigue vertigineuse et prenante pour nous parler de notre mort et de l’usage que nous faisons du temps qui nous est imparti. Elle écrit avec passion et humour, les outils essentiels pour comprendre le monde.

J’aime bien ce livre car l’univers est très intéressant car je suis un fan de Blade Runner, puis j’aime énormément le style d’écriture de Rosa Montero. Qui plus est, la question de discrimination est très bien faite et c’est ce qui me fait aimer ce livre.

Le seul petit bémol que j’ai à apporter ce sont les pages assez conséquentes d’information sur le monde qui nous coupe dans l’élan de la lecture. Je conçois que le thème de la science fiction a une histoire complexe a développer mais ces pages d’affiliées d’informations complexes à retenir sont dérangeantes.

Jérémy, 605

mars 25th, 2019

Après les larmes viennent la joie

Des larmes sous la pluie est un roman de science fiction écrit par Rosa Montero. Cette auteure et journaliste madrilène est, on pourrait presque dire, spécialisée dans le genre de la science fiction ; dans ce roman, elle rend hommage au film Blade Runner de Ridley Scott qui l’a inspirée pour son dernier roman. Celui-ce raconte la vie de Bruna Husky, une réplicante de combat devenue détective privée engagée pour découvrir quelle est la cause de la vague de meurtre-suicide qui s’empare des réplicants de Madrid et surtout qui en est responsable.

Ce livre est classé dans le genre  de la science-fiction car il met en scène un univers futuriste presque dystopique.

Rosa Montero a un style d’écriture assez facile à suivre et plutôt clair, ce qui facilite la compréhension de son roman.

La science-fiction est un genre littéraire que j’aime beaucoup, très attractif et pleins de rebondissements qui nous fait réfléchir jusqu’au matin.

Cependant, je n’ai rien retrouvé de tout ça dans ce livre qui m’a déçue, je n’ai pas eu le déclic, ce moment où je commence à m’embarquer dans l’histoire, à réfléchir et penser jour et nuit aux personnages de l’histoire jusqu’au moment où je ferme le livre après l’avoir terminé. Je n’ai pas eu le déclic, et lorsque je ne l’ai pas il est difficile voire impossible de finir le livre. Je déteste me forcer à terminer un livre qui ne me plaît pas, alors je l’ai abandonné, non sans regrets, j’avais beaucoup d’espoirs en ce livre.

Je pense que ce qui m’a bloqué sont les textes de lois et les archives présents de façons régulières dans l’histoire, qui coupent l’intrigue en plein milieu et qui sont assez fastidieux à lire même s’ils sont pour certains utiles pour comprendre l’histoire, pour moi ça n’a pas été pas le cas, bien au contraire ; ça m’a beaucoup freiné, suffisamment pour aller jusqu’à m’empêcher de terminer le livre. De plus, ces textes hachaient le suspense et le rendaient moins présent donc ralentissaient la lecture.

Je sais que ce roman a emballé beaucoup de lecteurs, mais ce n’est pas mon cas.

Suzanne, 605