mai 21st, 2020

L’inacceptable souffrance au travail

         J’ai lu « La machine est ton seigneur et ton maître » écrit par Yang, Jenny Chan, Xu Lizhi. J’ai bien aimé cette histoire. C’est un livre intéressant de part sa capacité à nous amener à réfléchir à un sujet que beaucoup préfèrent éviter, un sujet fragile et délicat.

Cet ouvrage aborde les conditions de travail des ouvriers dans les usines chinoises (Foxconn) qui produisent des iPhone et des PlayStation.

      L’ouvrage se compose de trois parties. La première partie est celui de Yang, étudiant et ouvrier, dans lequel il décrit son ressenti lorsqu’il travaille sur les chaînes d’assemblage. La deuxième partie est un texte de la sociologue Jenny Chang, elle retrace la trajectoire sociale de Tian Yu, une ouvrière migrante. Le cas de cette jeune femme a eu un retentissement public du fait de sa tentative de suicide liée aux conditions déplorables de travail dans l’usine. Le texte décrit l’organisation du travail et la souffrance au travail qui ont pu conduire les ouvriers à cet acte de désespoir. 

      Il décrit également les mesures prises par Foxconn ( un groupe industriel taïwanais qui est dans la fabrication de produits électroniques) pour tenter d’arrêter cette vague de suicides.

La troisième partie est un recueil de poèmes de Xu Lizhi, un ouvrier qui s’est suicidé à l’âge de 24 ans en raison des conditions de travail très dures imposées par Foxconn.

Ce livre décrit les conditions ainsi que les difficultés au travail dans les usines chinoises. Il nous raconte la vie quotidienne des employé(e)s dans cette entreprise (Foxconn).

Je vous conseille de lire ce livre, parce que c’est un sujet intéressant, important que beaucoup de personnes ignorent. Il y a des entreprises où des employé(e)s souffrent, est-ce acceptable encore à notre époque ?

Pour conclure je trouve que ce genre d’événement ne devrait plus se produire, ce n’est pas acceptable, des personnes dans le monde mettent fin à leur vie à cause de la souffrance, de la pression au travail.

Ce sujet devrait être plus mis en évidence dans le monde, de part sa réalité qui n’est pas forcément dévoilée. Travailler devrait être un plaisir et non une souffrance pour les ouvriers, ce qui semblerait ne pas être le cas chez Foxconn. Cependant, cette entreprise ne risque pas de fermer ses portes à ce jour car l’argent l’emporte…

Jérémy T., 609 

mai 21st, 2020

Des témoignages qui font froid dans le dos

La machine est ton seigneur et ton maître écrit par Xu Lizhi et Yang est une enquête sociologique qui relate des témoignages qui traitent d’un fait réel : la vie des salariés dans les usines chinoises de Foxconn.

En 2010, l’usine traverse une période difficile avec une série de suicides d’ouvriers qui ont permis de dévoiler au monde entier les conditions de travail déplorables qui ont été mises en place. La version traduite et préfacée de ce livre est parue en 2015 mais a été publiée officiellement en 2013.

Ce livre aurait fait réfléchir plus d’un d’entre nous et changer l’image que nous avions par rapport aux usines de nouvelles technologies.

Plusieurs personnes témoignent dans cet ouvrage:

Xu Lizhi est un poète chinois qui était ouvrier dans cette usine. Il est né le 18 juillet 1990 et est décédé en 2014 après son suicide dû aux persécutions permanentes qu’il endurait en tant qu’ouvrier à Foxconn.

Xu Lizhi, migrant chinois et employé a Foxconn, a fait beaucoup parler de lui, notamment quand le grand public a appris qu’il s’était suicidé dans l’usine.

Ce livre présente le fonctionnement de l’usine Foxconn à partir du portrait d’une ancienne ouvrière nommée Tian Yu qui a tentée de mettre fin à ses jours en 2010. La tentative de suicide de cette jeune femme liée aux conditions de travail dans l’usine a fait une répercussion sur le grand public. Le livre retrace aussi le parcours du jeune salarié Xu Lizhi qui s’est suicidé en laissant derrière lui des poèmes décrivant ses journées à l’usine.

Ce livre décrit l’horrible réalité qui se cache derrière les nouvelles technologies que nous utilisons chaque jours (nos objets high-tech, …) qui sont produites par les ouvriers chinois qui se trouvent devant les machines provoquant des maladies pulmonaires causées par la pollution, travaillant à la chaîne 12h à 14h par jour.

J’ai ressenti beaucoup de colère et de tristesse durant cette lecture. Le prologue de la sociologue Jenny Chan nous donne un avant-goût du livre et nous raconte la vie de Xu Lizhi qui paraît au départ normale mais qui au final est tragique et horrible.

La question que je me suis souvent posée c’est : pourquoi Foxconn est-elle toujours une usine fonctionnelle et ouverte ? Cela fait vraiment froid dans le dos, on est tous responsables de ce qui est dit.

Ces simples témoignages choquants réveillent nos esprits et nous guident dans un monde dont nous faisons partie.

À la fin du livre, on trouve des poèmes écrits par certains ouvriers qui se sont suicidés.

C’est un moment de lecture difficile, c’est énervant et en même temps émouvant de savoir ce qui se cache réellement derrière ce genre de travail.

Brandon, 609