mars 26th, 2019

L’art et le pouvoir

Pour commencer ce prix littéraire j’ai choisi Le Turquetto de Metin ARDITI un romancier turc nationalisé suisse. Tous ses livres traitent des mêmes thèmes : la difficulté de la filiation, la solitude et l’exil. Il a fréquenté les grandes écoles. En plus d’être écrivain, il est physicien. Plusieurs de ses livres on été récompensés dans des concours internationaux. Ce livre est un roman car il y a une histoire narrative

Le livre nous parle du Turquetto, un peintre juif originaire de Constantinople exilé à Venise après la mort de son père.

Elie dit  « le Turquetto » peint pour les chrétiens de Venise alors que sa confession le lui interdit. Il s’improvise donc catholique pour pratiquer sa passion. Cette conversion est illégale à l’époque. Quand le tribunal de l’Inquisition s’en aperçoit, il est immédiatement convoqué et condamné à mort. Un autodafé est ordonné malgré les protestations d’un émissaire du Pape. Grâce à son aide, Elie parvient à s’évader et retourne à Constantinople. Là-bas il est poursuivi pour le meurtre de l’émissaire.

Ce livre aborde plusieurs thèmes comme la spiritualité où l’on voit bien la perversité de l’Eglise. La plupart des dignitaires religieux ne sont là que pour faire carrière ou être intouchables. Les guerres de religion sont bien présentes et les Juifs en sont les principales victimes. La sexualité non dissimulée des prêtres ou les ventes d’esclaves sexuelles sont évoqués. Un autre grand thème abordé est le désir et la passion.

Personnellement, j’ai trouvé le livre intéressant. Le personnage principal nous fait bien ressentir les tensions religieuses. Il montre aussi la relation entre l’art et le pouvoir. Cependant j’ai trouvé quelque passages inutiles car ils n’apportent rien à l’histoire. Néanmoins il est facile à lire et convient au plus grand nombre.

Nicolas,605

janvier 13th, 2019

Le Turquetto

Le Turquetto roman écrit par Metin Arditi

J’ai beaucoup aimé la lecture du livre Le Turquetto qui est un roman historique : cette histoire est passionnante.

Tout d’abord, elle est écrite de manière prenante ce qui captive le lecteur. L’intrigue démarre à Constantinople, en Turquie. Le thème du livre est l’art de la peinture destinée à la représentation physique. Ceci est tellement captivant que le premier réflexe est d’aller chercher sur google si le turquetto existe vraiment.

J’aime beaucoup ce genre de récit du XVI siècle parce que c’est une époque qui m’intéresse ainsi que les thèmes tels que : l’art pictural, la religion musulmane qui sont les sujets majeurs de ce roman.

Malgré le fait que ce roman soit dense, il contient 282 pages, le côté mystérieux du récit fait naître le désir chez le lecteur de poursuivre la lecture. Par exemple, la couverture du livre peut intriguer le lecteur. Elle est illustrée d’une seule main peinte comme dans un tableau. Nous nous demandons tout de suite quelle est cette main et à qui elle appartient.

Je vous conseille de découvrir ce beau roman.

Cillya