décembre 14th, 2011

Contours du jour triste mais passionnant

Un début qui divise les opinions, choquant pour les uns mais emportant pour les autres.
Une histoire réaliste, qui reste très éloignée du « happy end » habituel avec des de belles descriptions de personnages, de paysages, qui montre bien l’esprit africain.
Malgré de longues phrases et des passages philosophiques, le vocabulaire utilisé reste simple.

novembre 6th, 2011

Débat sur « Contours du jour qui vient » de Léonora Miano en 601.

A la fin de la parlote du 17 octobre, dix minutes sont consacrées à un débat en petit groupe autour du livre lu. Ainsi, nous étions trois pour parler de Contours du jour qui vient  de Léonora Miano que deux d’entre nous avaient fini.

Il ressort que c’est un livre facile à lire car écrit d’une manière fluide, seuls quelques passages un peu philosophiques paraissent superflus. Aussi, la jeune héroïne, âgée de 9 à 12 ans au cours du roman, a parfois un vocabulaire et une façon de s’exprimer qui dépassent le niveau de maturité que l’on peut avoir à son âge.

Quant à l’histoire elle-même, le groupe la trouve dure car il s ‘agit de la maltraitance et de l’abandon d’un enfant par sa mère. Nous voyons aussi les dégâts causés par la guerre et les croyances. Néanmoins, c’est une histoire intéressante car bien qu’il s’agisse d’un roman et donc que l’histoire soit fictive, il existe dans le monde, de nos jours encore, des histoires semblables à celle de Musango ou simplement des croyances (croyances religieuses et croyances en la magie notamment) comme celles évoquées dans le roman.

 

Olivier M.