décembre 28th, 2011

Corpus Delicti : Est-ce la bonne Méthode ?

Critique de Corpus Delicti :

Écrit par Julie Zeh, écrivaine et juriste allemande, et publié en 2010, Corpus Delicti est un des livres présenté pour le prix littéraire du lycée Déodat de Séverac session 2011/2012.

Alors, déjà, personnellement j’ai bien aimé et bien accroché à ce livre que je trouve intéressant par plusieurs aspects :

  • Le contexte futuriste dans lequel évoluent les personnages est intéressant. C’est une véritable contre-utopie qui nous est présentée là avec l’omniprésence de la Méthode qui régule avec une précision millimétrée et contrôle avec autorité la santé de chacun des citoyens : contrôles de santé réguliers, suivi médical très pointu, obligation de pratique sportive quotidienne…

  • Les personnages qui, je trouve, ont tous un rôle à jouer avec leurs caractères et leurs envies propres, ne nous laissent pas indifférents, qu’on les aime ou pas. Ils ne sont donc pas plats et inintéressants comme peuvent l’être les protagonistes de certaines autres œuvres.

L’histoire de ce roman est la suivante : Mia Holl est une jeune biologiste brillante et qui croit profondément en la Méthode. Mais le jour ou son frère Moritz, jeune idéaliste rêveur et naïf, est accusé d’un meurtre qu’il dit n’avoir pas commis et qu’il finit par se suicider, ses croyances en sa société vont être ébranlées jusqu’à ce qu’elle se retourne contre la Méthode qui l’a vu naître et qui l’a faite grandir. Jusqu’où ira t-elle pour lutter contre cet ordre mis en place depuis des centaines d’années et en lequel elle en croit plus ?

Un autre point surprenant de cet ouvrage, le rythme est assez particulier, on est tiraillé entre le présent de Mia, conté au présent et où l’on suit les pérégrinations de la jeune biologiste dans sa croisade contre la Méthode et les flash-backs qui nous font revivre les événements antérieurs à l’histoire, le procès de Moritz donc.

Ce livre nous offre donc une vision de la société dans laquelle nous pourrions évoluer plus tard si la santé devenait notre principale préoccupation, tellement importante qu’elle évincerait touts les autres aspects de la vie et les petits plaisirs qu’on peut avoir au quotidien. Chaque manquement aux règles de la Méthode a de grave conséquences, la pire crainte de cette société n’étant autre qu’une pandémie qui ne manquerait pas de décimer la population.

Pour conclure je dirais donc que Corpus Delicti est un livre intéressant, qui nous fait réfléchir aux errances possibles de notre société et ce qu’elle pourrait devenir si on ne fait pas attention. Je le conseille à tout ceux qui aiment les romans d’anticipation voire même aux autres car il n’est pas difficile à lire, le style est agréable, fluide, bref il permet de s’évader durant les vacances sans trop de soucis.

Fabien G 601

novembre 15th, 2011

Corpus delicti

Corpus delicti est un livre assez complexe de par les situations, on est porté entre le réel et l’irréel en se posant toujours les mêmes questions, où est la réalité où est l’imaginaire ?

On se retrouve plongé dans une société futuriste où la santé est un dictateur. C’est un livre très poétique quand on parle de relation humaines, tout en étant cru et parfois même un peu malsain vers la fin. On se fond assez facilement dans les situations, devant ce livre on est comme un enfant manipulé, impuissant, incapable de deviner ce qui va se produire par la suite. A chaque fois que l’histoire semble finie c’est un nouvel élément qui relance le tout, renverse tout. Corpus delicti, c’est un livre passionnant à qui veut se laisser porter par ses lignes.

Pauline Soca 611

novembre 10th, 2011

Impression de lecture « Corpus Delicti » 601

A l’issue de la parlote du 7 novembre nous nous sommes réunis en petit groupe de lecture afin de partager nos impressions sur l’un des livres que nous avions lu. Dans notre cas nous étions chargé de discuter de Corpus Delicti.

Tout d’abord dans ce livre nous avons pu extraire un sujet qui nous a paru important dans cette histoire: la dictature. Tout au long de ce roman nous avons pu constater que les personnages étaient soumis à de nombreuses pressions, et qu’ils ne pouvaient faire leur propre choix:

principalement dans leurs modes de vie, nous avons constaté qu’ils doivent respecter de nombreuses règles d’ hygiène et de santé très stricte:

  • ils leur est interdit de mettre leur pied dans l’eau d’un lac,
  • ils doivent réaliser des prises de sang et de nombreux contrôle de santé très régulièrement,
  • faire un nombre défini de kilomètres sur vélo d’appartement,
  • boire de l’eau chaude,
  • ils ne peuvent choisir avec qui il souhaitent se marier :  cela est encore décidé et contrôlé à leur place, ils ne peuvent se marier qu’avec des personnes qui possèdent un même patrimoine génétique,

Nous avons donc eu l’impression que l’hygiène est l’un des sujets centrale de cette histoire. Ce monde est décrit comme un monde où la maladie n’existe plus, ni par conséquent les souffrances qui en résultent.

Nous avons aussi fait la remarque que cette société du futur avait de nombreuses similitudes avec la nôtre. Car de nos jours nous pouvons aussi dire que l’hygiène prend une place de plus en plus importante dans notre vie et que de nombreuses lois et devoirs civiques ne nous laissent pas toujours libres de nos choix. Nous avons donc eu l’impression que cette société était la nôtre mais caricaturée vers un futur probable où notre société aurait basculé dans l’extrême.

 

Le personnage principale de Mia nous a paru tiraillé entre ces deux mondes. Elle a donc suivi le parcours de son frère, en développant des pensées réformistes dans lesquelles elle remet en cause sa société alors qu’elle aurait pu au premier abord nous donner l’impression d’une société parfaite.

 

Nous avons aussi remarqué la censure des sentiments. Toutes ces pratiques d’hygiène nous ont donné l’impression qu’elles ont rendu ce monde stérile de tout sentiments même d’amitié. Nous retrouvons dans ce livre de la manipulation, de l’injustice, des machinations. Il est centré sur plusieurs procès successifs où certains personnages seront prêts à tout pour conserver ce système, car ils n’en voient que les aspects positifs.

Pour finir la construction de ce livre nous a parue déstabilisante. Car le livre est construit sur de nombreux flashback pour nous livrer des informations, mais ces flashback rendent la compréhension de l’histoire très difficile. Nous devons jongler entre le passé et le présent, d’un monde qui peut paraître imaginaire à un monde réel.

 

Adrien C 601

Groupe de lecture: Rémi, vincent B,