janvier 29th, 2015

Notre réflexion : un bon roman selon les lycéens, c’est…

 

Nous avons essayé de définir plusieurs critères qui représentent nos préférences de lecture.

Pour le genre du roman , une adaptation originale d’un classique de la littérature , comme dans Meursault, Contre-Enquête, ou un fait d’actualité sont en général bien perçus.

Les personnages qui sont le plus appréciés sont ceux qui ont une vie originale , un destin extraordinaire. Nous aimons aussi plonger dans la mémoire du personnage : un récit ponctué par des analepses permet de revenir dans son passé, comme dans Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, ou  La 5ème vague.
Pour ce qui est du récit, une histoire avec un thème léger qui divertit le lecteur lui permet d’apprécier la lecture. Pour d’autres, le fait de mêler litterature et un autre thème, la science par exemple, comme dans La formule préférée du professeur, augmente l’intérêt de la lecture.
En ce qui concerne l’écriture, la simplicité et la fluidité rendent le livre plus attirant.
Les lecteurs aiment se sentir déroutés par l’intelligence hors du commun d’un personnage ou encore être transportés dans un autre monde. Nous aimons bien percevoir le point de vue qu’exprime l’auteur sur le monde, comme Kamel Daoud, dans son livre Meursault, Contre-Enquête.

 

Rayan, Gines , Johan , Nathan, 601

janvier 21st, 2015

Des Chiffres et des Lettres

A l’image de ses précédentes œuvres, Yôko Ogawa nous livre sa Formule préférée. C’est une romancière nouvelliste née en 1962 à Okayama au Japon. Son univers romanesque est plutôt original car il mêle habilement les mathématiques et la littérature.

Ce roman aborde le thème des relations inter-générationnelles, et nous présente une relation professionnelle entre un vieux professeur de mathématiques à la retraite, qui a une mémoire réduite à une autonomie de 80 minutes, et une aide ménagère et son fils Root, qui vont devenir ses amis et être intégrés à sa vie.

Ce livre est touchant, les personnages sont attachants et il est dans son ensemble original, car il aborde souvent des notions  complexes de mathématiques et mélange  ainsi littérature et mathématiques, et peut donc peut intéresser un large public.

 

BONNE LECTURE

 

Quentin, Mohammed, Joel et  Stanford

 

janvier 15th, 2015

La mémoire de 80 minutes

e .i π + 1 = 0 est une relation mathématicienne appelée  » identité d’Euler « . Selon Richard Phillips Feynman, grand physicien, elle est la formule la plus remarquable du monde. Pour ce vieux professeur d’une soixantaine d’années cette formule est sa favorite,  d’où le titre de l’oeuvre La formule préférée du professeur. Le vieux professeur est un passionné des mathématiques, et à travers  ce livre il va nous plonger dans son univers… mais pas tout seul. Une aide-ménagère de 30 ans et son fils de 10 ans vont être présents. Pourquoi ? Depuis un accident, il perd la mémoire et ses souvenirs ne durent que 80 minutes. Donc pour ne rien oublier, il prend des notes qu’il accroche sur sa veste.

Tous les trois vont vivre une aventure surprenante avec les nombres… J’ai choisi ce livre pour commencer le prix littéraire de Déodat de Séverac. Je ne connaissais pas Yoko Ogawa qui est une écrivaine japonaise, auteur de nombreux romans courts et je ne suis pas déçu de ce livre. C’est un roman qui est pour moi une nouveauté. On n’a pas souvent l’habitude de lire un roman avec des chiffres, calculs, relations.

Une histoire d’amitié forte se crée à travers ces personnages, les mathématiques, les mots, des liens que le professeur créent comme les nombres « amis »220 (date de naissance de la mère 20 février) et 284 ( numéro noté au dos de la montre du professeur ). Ce côté sentimental peut peut-être réconforter ceux qui s’ennuieraient des mathématiques. Yoko Ogowa est connue pour ses textes courts, violents, angoissants. Ce livre est un peu l’exception qui confirme la règle. De ce livre je tire une morale confirmée par mes camarades de première : celle du respect des générations.

Wilfried,601

décembre 28th, 2014

Une rencontre fantastique… en 80 minutes

Ce livre nous raconte, à travers le personnage d’une aide-ménagère, la merveilleuse rencontre entre cette dernière, son fils et un vieux monsieur ancien professeur de mathématiques. La relation entre ces trois personnages va être très difficile car en effet le professeur possède une mémoire d’à peine 80 minutes. Lorsque l’on apprend cela, notre curiosité est à son apogée car l’on se demande comment les 3 personnages vont réussir entretenir cette relation malgré la courte mémoire du professeur.

Au fur et à mesure du livre, nous allons découvrir que ce mathématicien grâce à des notes, à des formules mathématiques , à des nombres et même grâce au Baseball va réussir a créer des liens extraordinaires avec l’aide ménagère et son fils qu’il surnommera « ROOT ».

Le principal point fort de ce livre est que le professeur, malgré sa mémoire, explique cette forte relation avec des nombres. Par exemple, l’anniversaire de l’aide ménagère est le 20 février, ce qui donne le nombre 220 et le nombre sur la montre du professeur est 284 : ces deux nombres sont  nommés « nombre amis ». Pour le professeur cette coïncidence est la preuve d’une grande complicité.

Les auteurs japonnais ont pour réputation d’avoir un grand respect pour les personnes âgées, de ce livre nous pouvons en tirer une leçon moralisatrice : celle du respect des générations.

Hugo