janvier 12th, 2016

Un récit… Intriguant

C’est le récit d’une jeune fille, Peggy, entraînée dans diverses aventures avec son père, se préparant à la fin du monde. Ute sa mère, célèbre pianiste allemande, se trouvant en tournée, son père, James Hillcoat, fait vivre sa fille à l’air libre, sans écoles, sans restrictions : ce qui parait au 1er abord fantastique !

L’histoire démarrant lentement, commence à devenir plus entraînante au fil du livre. L’action démarre quand son père l’entraine dans son « apocalypse ». Ils se retrouvent alors face aux dangers de la nature, avec pour seul compagnie l’un et l’autre. La faim, les températures hivernales ou encore les blessures mettent à rude épreuve leurs instincts de survies. De plus, la santé mentale au fil des années se dégrade chez nos protagonistes. Dans chacun de ces obstacles on se demande une seule chose : Vont-ils survivre ?

Pour ma part, le commencement était beaucoup trop lent. Cependant, si l’on a la patience pour arrivée à la véritable intrigue, l’histoire est intéressante. Le survivalisme reste tout de même un comportement abusif à mon goût. Si vous souhaitez lire ce livre, petit conseil, accrochez-vous. (Les jours infinis ont vraiment l’air d’être infinis au départ)

Catherine, 603

novembre 29th, 2015

« Les jours infinis », finis prématurément…

J’ai lu Les jours infinis   et je n’ai pas réussi à entrer dans le livre.Je voulais un roman avec plus d’actions.

De mon point de vue ce livre ne parle que d’un père qui emmène son enfant vivre dans « Die Hütte » qui se situe dans une forêt. Le seul moment où j’ai été captivé, c’est lorsque la forêt prend feu. Le fait que l’héroïne soit une petite fille aussi m’a bloqué car je ne m’identifiais pas à ce personnage.

Je remarque aussi que les personnages secondaires comme son demi-frère ou l’ami de son père manquent de personnalité et les histoires liées à ces personnages sont basiques et très peu approfondies.

En plus je trouve le personnage principal antipathique et sa personnalité peu attrayante :  elle n’aime pas son petit frère, elle est froide depuis son retour  de « Die Hütte ».

 

Etienne, 604