janvier 15th, 2015

Médecin de famille

Wakolda est un roman de Lucia Puenzo qui  se passe après la Seconde Guerre mondiale et qui raconte l’histoire d’un ancien nazi focalisé sur la génétique et qui va rencontrer Lilith, une petite filles bien trop petite pour son âge qui sera son obsession durant toute l’histoire.

J’ai vraiment été captivée dès le début par ce roman, la petite fille est attachante et l’histoire est originale.

Mon moment préféré est le moment où Lilith commence à grandir car malgré l’avis de recherche et l’accusation, le médecin arrive à faire le bonheur d’une petite fille.

Lolita Bétancourt

janvier 15th, 2015

Des poupées sur une étagère

Dans ses rêves, il regardait le Führer s’éloigner et disparaître…

Ecrit en 2013 par Lucia Puenzo, Wakolda raconte la fuite du tristement célèbre Josef Mengele, médecin nazi au cours de la Seconde Guerre Mondiale, en Argentine, ainsi que sa rencontre avec Lilith, une naine blonde aux yeux, et sa belle poupée Herlitzka. Fasciné par la petite fille, il s’installe avec sa famille et recommence ses expériences…

L’histoire est entraînante, on a toujours envie de savoir si les expériences de Josef Mengele vont blesser ou non Lilith et sa famille. De plus, l’écriture est fluide, on enchaîne facilement les chapitres. Pour finir, on se prend rapidement d’empathie pour cette famille, victime malgré elle de cet homme.

Personnellement, j’ai beaucoup aimé ce livre car cette époque me fascine, et découvrir la manière de penser des nazis de l’ »intérieur » est une expérience fascinante.

Morgane

janvier 15th, 2015

Wakolda critique

Le livre est Wakolda écrit par Lucia Puenzo qui est écrivain espagnol, l’œuvre a donc été traduite en français par Anne Plantagenet.

Ce livre est l’histoire d’un médecin nazi Josef, qui rencontre une famille argentine ordinaire. Le médecin est captivé par la petite fille de la famille, nommée Lilith. Elle est bien trop petite pour son âge ce qui fascine Josef. Alors, quand il s’installe dans la pension de la famille, tout s’accélère.

Ce roman nous emmène dans une narration remplie d’inquiétude et d’étrangeté. J’ai bien aimé ce livre, l’histoire est captivante et donne envie de poursuivre la lecture.

438038867_640

 

Laurine De Rancé

janvier 15th, 2015

La perfection dans le corps d’une Naine

Critique Wakolda

Ce livre a été écrit par Lucia Puenzo. C’est l’histoire d’un nazi qui est exilé en Argentine en 1959 dans la province de Patagonie, il rencontre par un heureux hasard, une jeune fille naine nommée Lilith, il possède une fascination sans borne pour sa condition et il s’intéresse aussi à sa famille.
De fil en aiguille, il se rapproche de Lilith et il est amené à vivre dans sa maison. Il peut alors étudier le comportement de sa famille et les passions d’Enzo le père pour les poupées en porcelaine qui sont représentées dans tout le livre, notamment Wakolda qui porte le mystère jusqu’à la fin du roman.

Ce livre est captivant grâce à sa structure, le dénouement de l’histoire est fluide. Tout au long nous sommes amenés à lire la suite du roman pour comprendre certains aspects du livre. L’auteur a trouvé un moyen de nous fasciner avec ses deux personnages principaux qui sont Joseph le nazi et Lilith la jeune fille naine qui est pour lui la perfection.

Mélanie

décembre 28th, 2014

Une fascination pour la perfection !

    Wakolda est un roman écrit par Lucia Puenzo en 2013, ce livre parle d’un réfugié nazi en Argentine, suite à une journée banale, il rencontre Lilith et sa famille. L’histoire se déroule en 1959, en Patagonie. Par un concours de circonstances Josef est amené à  vivre avec eux et à expérimenter leur quotidien.  Il a particulièrement étudié le cas de Lilith qui représenterait la perfection si son corps n’était pas atteint d’un défaut de croissance.

    Dès l’entrée dans le roman, l’auteur nous donne envie de continuer l’histoire, les deux personnages principaux sont fascinants et attachants autant l’un que l’autre. L’histoire se développe très vite et on rentre dans le vif du sujet rapidement. Ce qui donne au lecteur l’envie de lire la suite.

Léa et Mélanie

décembre 28th, 2014

Au pays des Merveilles…

La sélection de cette année est forte en émotions, notamment par l’abondance de personnages tous aussi intriguants les uns que les autres. J’aimerais vous parler de deux d’entre eux, deux personnalités dérangeantes, servant des romans à l’ambiance particulière.

D’un côté un enfant, Tochtli, environ une dizaine d’années, de l’autre côté un homme, Josef, environ une cinquantaine d’années. Je vous parlais plus haut de personnalités dérangeantes, car en effet le mot « dérangeant » est plus qu’approprié quand on nous parle d’un scientifique nazi racontant diverses expériences sur des milliers d’enfants : « Comment transformer des yeux marrons en yeux bleus ? » « Peut-on créer des siamois en cousant deux jumeaux par le dos ? », toutes ces théories, il les a testées et nous en sommes les confidents tout au long de ce livre.

Ensuite Tochtli me direz vous qu’a-t-il de dérangeant ? C’est un garçon d’une dizaine d’années, encore trempé dans l’innocence de son jeune âge…et pourtant fils d’un puissant narcotrafiquant, il connait sur le bout des doigts les différentes manières de « créer des cadavres » et que « le sang est difficile à nettoyer ». D’ailleurs il n’a pas les occupations d’un enfant ordinaire, ce qu’il aime lui c’est collectionner les chapeaux, enrichir son zoo privé et apprendre des mots compliqués. Tout ce petit monde qu’il nous raconte à travers ces yeux d’enfants pourrait passer pour quelque chose d’ordinaire, cependant en quoi le trafic de drogue, ou bien le fait de tuer des hommes est banal ? En rien et c’est bien la manie qu’a cet enfant de n’être point dérangé par cela, qui nous dérange à nous.

Enfin, je n’en dirai pas plus sur ces deux personnages qui ont le mérite d’être tout deux des héros à leur manière, et je vous laisse le loisir de vous faire votre propre opinion. Dixit Juan Pablos Villalobos : « Il semblerait, en effet, que toutes les civilisations comptent leurs coupeurs de têtes et qu’il ne soit pas si rare que les petits lapins blancs se transforment en serpents à sonnette ».

Josef a achevé sa transformation depuis bien longtemps.

Elodie G, 601.