novembre 9th, 2017

Mur de ressources documentaires – Prix littéraire Déodat 2017

Fait avec Padlet

mars 24th, 2017

La condition des femmes en Indonésie

L’Indonésie est un pays où les  femmes ne disposent pas des mêmes droits qu’en Europe ou en Occident. Par exemple, comme nous le montre le roman « L’homme tigre » de Kurniawan, le mariage arrangé y est toléré, et les abus sexuels, les violences physiques faites aux femmes restent souvent inpunis.Il existe même une loi qui qui interdit aux couples non mariés de s’embrasser en pleine rue après 21h sous peine d’être obligés de se marier. « Gardien des traditions, M. Mulyadi espère que, grâce à cette interdiction, les jeunes se coucheront plus tôt et reviendront sur ce qu’il considère comme le droit chemin. Il veut aussi « protéger l’honneur des parents des jeunes filles et lutter contre les grossesses non désirées » (Le Monde).

Un homme marié peut également tromper sa femme sans être inquiété par la justice. En menant de plus amples recherches, nous avons aussi découvert que l »Indonésie ne possède aucune loi qui permet de lutter contre les discriminations au travail notamment en ce qui concerne les femmes.  Des inégalités existent donc dans ce pays entre les hommes et les femmes. L’avortement est quant à lui autorisé mais uniquement si la femme est considérée en danger (risque de mortalité à la naissance ou durant la grossesse).

Dans le roman « l’homme tigre »,  Kurniawan, l’auteur, nous montre toute ces injustices notamment à travers le personnage de Mameh, la mère de Margio, qui a été forcée, sous la pression familiale, de se marier à un homme avec lequel elle ne voulait pas partager sa vie. C’est ainsi que cette femme a été amenée a surbir des violences de la part de son mari, ceci ayant eu des conséquences sur l’éducation et le caractère de leurs enfants, témoins de cette situation dramatique.

Malheureusement dans ce pays le mariage arrangé est une pratique courante. Nous pouvons donc penser qu’avec ce roman Kurniawan essaye de nous interpeller en critiquant la société indonésienne et les inégalités qu’elle renferme. On peut penser que l’auteur souhaite ouvrir le débat autour de différentes questions : la religion, les traditions familiales et les inégalités existantes entre les hommes et le femmes.

Hina et Clément, 604

 

mars 24th, 2017

La guerre civile d’Espagne (1936)

Le roman graphique « L’art de voler » écrit par l’auteur espagnol Antonio Altarriva nous a permis de découvrir un événement majeur de l’histoire de l’Espagne: la guerre civile d’Espagne. Afin de vous aider à bien comprendre ce qu’il s’est passé lors de cette période, nous avons mené des recherches complémentaires sur ce sujet. C’est ce que nous vous proposons de découvrir à travers cet article.

Le 14 avril 1931 le roi Alphonse XIII abdique. Suite à son abandon du pouvoir le Front Populaire gagne les élections législatives grâce au soutien des anarchistes.

En juillet 1936, un soulèvement militaire contre le parti au pouvoir gagne l’Espagne. En second lieu, Léon Blum décide en France d’apporter une aide militaire et financière aux Républicains espagnols. Le 16 Février 1936 le Front Populaire remporte en Espagne les élections législatives. C’est alors un gouvernement de centre gauche qui prend le pouvoir.  Ultérieurement, le 1 octobre 1936 le général Franco se proclame chef de l’Etat dans la zone nationaliste grâce à l’aide de l’Allemagne Hitlérienne.

Suite à ces confrontations l’Espagne traverse de violentes crises politiques et sociales, un tiers de la population détient les trois quart des terres Espagnol, ce qui a alimente la colère paysanne espagnole dont la colère s’exprime à travers la confédération du travail « CNT », un syndicat anarchiste qui  multiplie les occupations des terres pour le petit peuple.

Des dizaines de milliers d’Espagnol avaient déjà gagné la France en 1936-1938 à la suite de la montée du régime fasciste en Espagne. Le gouvernement et les préfets ont assuré l’accueil et la dispersion des réfugiés en France, aidé par l’active solidarité des immigrants espagnols déjà installés en France et des militants français de gauche.

A la fin de l’année, cette situation avait pris fin. Sur 500 000 immigrés, seuls 150 000 sont restés en France. Les autres étaient soit partis vivre dans d’autres pays, soit rentrés dans l’Espagne franquiste .Les autorités espagnols favorisaient les rapatriements en Espagne pour alléger la charge représentée par les réfugiés en France.

Durant la seconde guerre mondiale, des groupes de réfugiés espagnols s’organisent dans les maquis et entrent  en résistance contre l’occupant nazi et le gouvernement de Vichy. La motivation des espagnols est portée par l’espoir de renverser , avec l’aide des démocraties européennes, le régime de Franco. Or, les puissances alliées ne tiendront pas leurs promesses. Franco reste au pouvoir jusqu’en 1975 , prolongeant ainsi l’exode des réfugiés qui deviendront alors des éxilés politiques de la senconde guerre mondiale.

Abdelaziz, Maxime M, 604

Sources:

Musée de l’histoire de l’immigration: www.histoire-immigration.fr

Alternatives économiques n°359: 1936, « La guerre civile espagnole ». publié le 07/2016

mars 24th, 2017

Biographie de Gauz

Gauz est le nom d’auteur d’Armand Patrick Gbaka-Brédé, né(e) à  Abidjan (Côte d’Ivoire) en 1971 .

Après avoir été diplômé en biochimie et (un temps) sans-papiers, Gauz devient photographe, documentariste, et directeur d’un journal économique satirique en Côte-d’Ivoire.

Il a aussi écrit le scénario d’un film sur l’immigration des jeunes Ivoiriens intitulé « Après l’océan »…

Le prix des libraires Gibert Joseph récompense « Debout-payé » en 2014. Le Magazine Lire lui décerne aussi le prix  du Meilleur roman français de l’année 2014.

Yanis 604

mars 24th, 2017

1961, une manifestation pacifique pour l’indépendance de l’Algérie à Paris

Afficher l'image d'origine

« France-Observateur », 18 octobre 1961 – Source : rebellyon.info

Après avoir lu La Seine était rouge, on a voulu s’informer plus précisément sur cet événement historique qui s’est déroulé en France en 1961 et qui témoigne des relations qu’entretennaient la France avec l’Algérie à l’époque.

A la fin des années 50 en France, une importante communauté d’Algérien penche majoritairement en faveur de l’indépendance de l’Algérie. Celle-ci est fermement structurée par le Front de Libération Nationale (FLN), une organisation nationaliste insurrectionnelle qui, en 1958, a décidé d’élargir la lutte armée anti-coloniale en France métropolitaine, jusque dans la capitale.

Pendant l’été 1961, la guerre d’Algérie entre dans une phase critique, celle des négociations entre le gouvernement Français et le gouvernement provisoire de la République Algérienne (GPRA) pour négocier la prochaine indépendance de l’Algérie. Celles-ci provoquent des conflits dans chaque camp. A la fin du mois d’Août 1961, le FLN reprend plus intensément ses attaques contre les policiers, tuant 22 policiers, amplifiant la frustration de ces derniers qui désapprouvent  l’« indulgence » de la justice à l’égard des FLN.

Puis le 5 octobre, Maurice Papon, le préfet de police de Paris, demande aux travailleurs algériens de ne plus circuler la nuit à Paris et autorise l’interpellation des personnes de confession mulsumane de jour comme de nuit.

Cependant, pour protester contre ce couvre-feu discriminatoire, la FLN appelle les Algériens de la région parisienne à manifester pacifiquement, (dont des femmes et des enfants), le 17 octobre, à 20h30, sur les Champs-Élysées. Ils préparent, en secret, la manifestation visant au boycott du couvre-feu nouvellement appliqué aux seuls Nord-Africains. Le FLN, qui y voit un moyen d’affirmer sa représentativité, y appelle tous les Algériens, hommes, femmes et enfants, et interdit pour cet évènement le port d’armes.

Cependant, les défilés nocturnes sur les grandes artères de la capitale donnent lieu à des affrontements au cours desquels des policiers français font feu. La brutalité de la sanction des autorités, qui se poursuit au-delà de la nuit du 17 octobre dans l’enceinte des centres d’internement, fait plusieurs centaines de blessés et un nombre de morts qui reste indéterminé, à cause des disparitions de nombreuses archives, sur les quelques 20000 manifestants. Le préfet de police de Paris de l’époque, Maurice Papon, ayant reçu carte blanche des plus hautes autorités, dont de Gaulle, pour lancer, avec près de sept milles policiers, une répression sanglante.

Lors de cette manifestation, il y a eu près de 11 730 arrestations, et peut-être beaucoup plus que les 200 morts, noyés ou exécutés, annoncés officiellement dont plusieurs dizaines de personnes « noyées par balle » dans la Seine devenue rouge ce jour là.

Manifestation 17 Octobre 1961 à Paris publié dans « Humanité Quotidien » -

Source : Overblog.com

A la suite de cet événement, une nouvelle manifestation a eu lieu à Paris le 8 février 1962. Les socialistes manifestent contre la guerre d’Algérie mais cela se termine encore une fois par l’intervention de la police et la mort tragique de sept manifestants au métro Charonne. Enfin, c’est suite à la manifestation du 19 mars 1962 à Evian que sera annoncé le cessez le feu et proclamé l’indépendance de l’Algérie (3 juillet 1962).

Dans ce roman, Leila Sebbar, nous décrit cette manifestation (en 1961 à Paris). Elle présente dans ce livre comment les Algériens ont vécu ce moment tragique, mais également comment ils ont réagi suite à cet événement. Nous avons donc découvert dans ce roman l’histoire de cette manifestation à travers le regard des victimes Algériennes,  qui nous livrent leurs témoignages et nous interpellent sur cette tragédie.

Sources : wikipédia & rebellyon.info & l’obs

La guerre d’Algérie – E.Bakhtadzé. Hoëbeke, 2007. & Atlas de la guerre d’Algérie. G.Pervillé. Ed Autrement, 2003.

Océane  & Rebecca, 604

décembre 9th, 2016

Mieux comprendre le contexte des romans de la sélection 2016

 

Made with Padlet

janvier 2nd, 2016

Pourquoi un prix littéraire au lycée Déodat ?

 

Une émission créée par les élèves de la classe de 604.

Cette émission vous est présentée par Oscar Deswarte et Anaïs Douaud

Emission littéraire

Elle a été réalisée par Victor Jacquens et Loïc Rieu Debard.

novembre 24th, 2015

Première appréhension du prix littéraire pour les élèves de 607

La plus grande partie des élèves de la classe 607 n’avait encore lu qu’un seul livre un mois après le début du projet. La plupart des élèves n’ont pas encore trouvé de livre qui les intéresse vraiment et pour qui ils pourraient voter.
Les mots qui remontent le plus à la question « comment traduisez-vous votre rapport à la lecture dans le cadre de cette opération? »  sont: « découragé » « curieux » « alarmé » « dépassé ».
Néanmoins il y quelques élèves positifs qui se disent « enthousiastes » et « fiers »ou « confiants ».
Pour choisir un livre, la majorité des élèves commencent par parcourir la quatrième de couverture.
Les points fort des premières lectures sont: »c’est un livre comique « , »j’apprécie un personnage en particulier dans le livre », »le thème m’intéresse mais le style est difficile et ça me décourage de continuer »
Les coups de cœur de la classe  pour le moment vont à « Respire » et aux « Frères sisters », alors que « Corniche Kennedy » remporte le coup de sang.

Prakash et Jamal, 607

novembre 14th, 2015

Jacob, le martyr de la seconde guerre mondiale

Jacob Jacob est un livre historique écrit par Valérie Zenatti et publié en 2014 . Il raconte l’histoire d’un jeune homme juif du nom de Jacob, vivant en Algérie, qui est appelé par l’armée française pour délivrer la France durant la Seconde Guerre mondiale . Il faut rappeler que l’Algérie est française à ce moment-là.

Ce roman est construit comme deux histoires parallèles, c’est un récit enchâssé. D’un côté, on raconte l’histoire de Jacob à la guerre et en même temps l’histoire de sa famille à Constantine . Dans ce roman on a affaire à un vocabulaire relativement simple ce qui permet une lecture rapide et compréhensible pour tous les lecteurs, qu’ils soient aguerris ou débutants.

On peut retenir deux scènes marquantes dans l’intrigue de ce roman. Tout d’abord le départ du héros pour l’armée française ( à la page 33) car il marque le début de l’histoire . Puis la mort de Jacob (page 127) car cette scène donne un coup au moral au moment où l’on s’est vraiment attaché au héros. Après la mort violente du personnage central, le roman devient inintéressant car le lecteur est traumatisé .

C’est un livre plutôt simple mais dans la lecture duquel on se sent à l’aise car on est plongé dans l’histoire du livre mais aussi celle de la France.

Guillaume ; Dorian ; Louis P.  607

 

novembre 14th, 2015

Un livre qui nous met directement dans le bain!

Nous avons fait un débat sur le livre Les Frères Sisters de Partick DeWitt le 1er novembre 2015. Lors de ce moment, nous avons fait un résumé des nos lectures ainsi que de nos opinions sur ce début de roman.

En résumé, c’est un western qui se passe à Oregon City en 1851 pendant la ruée vers l’or. Le roman raconte l’histoire de deux tueurs à gage au service du Commodore nommés Eli et Charlie. Eli, le narrateur, est le moins courageux des deux. Il est décrit comme un personnage empathique et sensible notamment à travers son attachement pour son cheval Tub; alors que son frère, Charlie, est le dominant. Il prend les décisions. Il est plus professionnel que son frère et touche donc plus d’argent de la part du Commodore.

Nous avons trouvé que nous tombions directement dans le récit comme si l’histoire avait commencé avant, c’est un incipit in media res. Cette entrée en matière est assez troublante. Les phrases en majuscules présentes au début de chaque chapitres nous donnent des informations sur le lieu, les nouvelles actions ainsi que des indices sur les nouveaux éléments de l’histoire.

Lors de leur périple, les deux frères rencontrent des personnages différents dont un dentiste (qui leur fait découvrir la brosse à dent et le dentifrice) avec lequel les relations finissent par être mouvementées… Toutes ces petites aventures et rencontres au long du voyage ont pour but de tenir en éveil le lecteur.

Pour conclure, nous dirons que ce livre débute bien, il donne envie de poursuivre la lecture malgré une introduction un peu brutale qui nous met directement dans l’histoire.

Maxime, Antoine, Kilian 607