11 février 2018

La critique du jour

L’ordre du jour est un roman historique écrit par Eric Vuillard qui raconte l’histoire de Berlin après l’élection d’Hitler en 1933 jusqu’à l’invasion de l’ Autriche. 
Cette critique n’est sûrement pas utile du fait que je n’ai lu que très peu de pages mais sous la pression professorale, je m’exécute tel un soldat portant un brassard rouge…

Bien que ce roman soit primé du prix Goncourt je l’ai trouvé fade et long.

Cet ennui est dû au niveau de langue utilisé, or moi qui ne suis pas un grand lecteur loin de là, je n’ai pas l’habitude et cette façon d’écrire était trop difficile pour moi.

Dès l’incipit  « Le soleil est un astre froid. Son cœur, des épines de glace. Sa lumière sans pardon. » est une formulation fumeuse pour parler du soleil d’hiver. Ce style poétique m’a ennuyé, réfléchir sans cesse sur le sens caché des figures de styles en tout genre ne me passionne pas . Il y en a tellement que cela en devient écœurant…

De plus, sans des connaissances solides sur l’Allemagne dans les années 30, il est difficile de comprendre les sous-entendus historiques. Comme par exemple dans ce passage qui parle de l’incendie du Reichtag le 28 Février 1933 «  palais du président de l’Assemblée ; mais bientôt, il n’y aura plus d’Assemblée, il n’y aura plus de président, et, dans quelques années, il n’y aura même plus de Parlement, seulement un amas de décombres fumants. »

Pour conclure je n’ai pas apprécié ce roman mais je le conseille pour tout amateur d’Histoire bon lecteur.

A bon entendeur…

Pierre,  606

Commenter l'article