13 janvier 2019

La horde des marcheurs

En débutant LA HORDE DU CONTREVENT j ai été frappe par la page de garde très artistique qui représente un paysage monochrome pour laisser place à l’imagination de chacun . On peut y percevoir plusieurs choses comme le paysage désertique, des hommes allant dans la même direction et un grand ciel nuageux qui occupe plus la moitié de la page .

L’univers post-apocalyptique est parfaitement représenté tout au long de ce roman graphique . Les personnages sont minces voir sveltes, ce qui laisse penser qu’il est difficile de se nourrir pour ces êtres qui doivent faire face au souffle destructeur du vent qui oblige les humains à se terrer pour survivre.

L’ambiance est pesante car, à tout moment, un ou tous les protagonistes peuvent mourir en raison d’une maladresse commise par l’un  d’entre eux ou par l’apparition  d’un nouveau danger.

La plupart des noms donnés aux personnages sont originaux. Les scènes de combat sont plutôt bien représentées et les couleurs chaudes contribuent à placer le lecteur dans cette ambiance pesante.

Dans la dernière page de ce roman, on retrouve une image identique à celle de la page de garde, probablement pour clôturer ce premier épisode du monde de LA HORDE DU CONTREVENT .

ROHAN

Commenter l'article