7 mars 2018

L’armée au Moyen Orient

Zerocalcare est né en 1983. D’abord remarqué dans les milieux alternatifs des fanzines et de la petite édition grâce aux bandes dessinées, aux affiches de concert et aux pochettes de disque qu’il concevait pour des groupes punk, il s’est fait connaître du grand public par le biais de son blog. Son premier roman graphique, La Prophétie du tatou, est paru en 2014. Zerocalcare est à ce jour l’auteur de bande dessinée le plus populaire d’Italie. Salué par la critique et les lecteurs, Kobane Calling s’est vendu à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires.

Dans Kobane Calling,on a d’abord l’impression d’embarquer aux côtés de la délégation italienne qui part d’abord pour Mehser en Turquie village sur la frontière Syrienne à un kilomètre de la ville martyre de Kobané. Là vivent peu d’habitants permanents mais des Kurdes venus soutenir Kobané ainsi que des familles ou amis de combattants et quelques délégations étrangères de solidarité. Puis est raconté le côté humanitaire du voyage avec la préparation des colis alimentaires destinés aux camps des réfugiés.

Au Rojava, le dessinateur découvre un camp de réfugiés autogéré dont le chef est une femme comme le maire du dernier village dans lequel ils ont dormi.

Leur deuxième périple débute à l’aéroport d’Istanbul, où passer du matériel pour Kobané s’avère on ne peut plus délicat puis l’Irak en bus pour finir à Kobané après le départ de Daech.

Aller en Syrie à deux pas de Daech pour en faire un récit, voilà qui ne manquait pas de courage et d’intérêt pour le lecteur ! Le tout pèse quand même 250 pages.  L’auteur a décidé qu’une partie des recettes de la vente de cet ouvrage serait reversé à des actions en solidarité avec le peuple Kurde.

Nathan, 606

Commenter l'article