28 janvier 2018

Le Kaléïdoscope de la Citoyenneté ! Tableau n°4: Cause animale et végétarisme

A. – C’est intéressant de s’interroger sur nos soi-disant problèmes… Ça tourne toujours autour des Hommes, car « L’Homme est naturellement bon » disait Jean-Jacques Rousseau… Bonne conclusion d’égoïste ! On crie au moindre homicide, mais à côté de ça, dans le monde, on a tué juste 120 milliards d’animaux en une seule année…

B. – C’est la loi du plus fort, c’est la nature qui veut ça.

A. – Alors pourquoi on n’applique pas cette soi-disant règle sur les Hommes ?

B.– Bah… C’est juste entre différentes espèces.

A. – Tu as vu écrit ça où ?

B. – De toutes manières, c’est comme ça, que veux-tu ? C’est pas demain la veille que ça va changer.

A. – « C’est comme ça » ? Tout le monde pleure dés qu’un simple interprète qui n’attendait que la mort meurt, et tu oses dire « c’est comme ça » quand des centaines d’espèces se font torturer puis disparaissent ! Ça te dirait que je mange ton chat ? 

B. – Ah par contre, parle pas comme ça de Johnny ! Et de toutes manières, l’Homme est par nature omnivore… Et tu as déjà essayé de faire manger de la salade à un crocodile !

C. – On dit « il ne faut pas manger des animaux » car ils ont une conscience alors les pauvres plantes, on n’en parle pas ? Par exemple les carottes qui poussent tranquillement, elles vivent leurs vie et un beau jour, hop ! on les arrache de la terre, on les découpe on les fait bouillir et on les mangent. Est-ce mieux éthiquement ? Je n’en suis pas sûr…

D. – Donc tu considères que si on prend une carotte et qu’on la cueille, on porte atteinte à sa vie..

C. – Oui.

D. – Mais enfin ! Une carotte n’a pas d’esprit !

C. – Qu’est-ce qu’on en sait ?

D. – Et toi ? Qu’est-ce que t’en sait que les carottes ont un esprit ? Eh oui, la rhétorique marche dans les deux sens.

C. – En vérité la question n’est pas de savoir si elles ont un esprit : toutes les formes vivantes ont une forme d’intelligence. De ce point de vue, on est bloqué à la soupe aux cailloux, à la limite de l’anarchie. La loi du plus fort décide, par Mère Nature : si on s’affaiblit, on disparaîtra et c’est pas parce qu’il y a vie que l’on ne doit pas y toucher. C’est manger ou être manger !

A. – Connais-tu la différence entre l’espèce animale et végétale ? Tout espèce animale est doté d’un cerveau lui permettant d’accéder aux émotions, aux sentiments, à la réflexion. C’est donc bien plus légitime de manger une carotte plutôt qu’une vache. Après, rien de ce que fait un humain n’est parfait. Essayons juste de limiter les dégâts. 

Elèves de la classe 609

Commenter l'article