12 mars 2017

Morwenna, un roman faussement féérique

Morwenna, un roman de science fiction écrit par Jo Walton et publié par Tor Books en 2011, raconte l’histoire d’une jeune fille galloise de 15 ans qui s’est enfuie de chez sa mère qu’elle accuse de la mort de sa sœur jumelle, Morgana.

Morwenna, que l’on peut surnommer Mori, ou Mo, part vivre chez son père, qui lui aussi s’était enfui avant la naissance de ses deux filles.

Comment une mère pourrait-elle être capable du meurtre de sa propre fille et comment une enfant peut-elle considérer sa mère comme une sorcière ?

Mori est passionnée de fantastique et de science fiction. C’est grâce aux romans qu’elle arrive à surmonter toutes les dures épreuves que la vie lui jette comme un sort. Après avoir été récupérée par les services sociaux, elle est placée chez son père et ses trois riches tantes. Alors qu’elle commence à apprécier son père qui l’a abandonnée et qu’elle n’a jamais connu, les trois demi sœurs de son père décident, en plein trimestre, de la placer dans un des meilleurs pensionnats, le plus chers et avec un haut niveau sportif. Cependant Mori est handicapée de la jambe après l’accident de sa sœur, et est différente des autres élèves par son handicap et sa maturité. Elle décide alors de se réfugier à la bibliothèque pendant les longues heures de sport, auxquelles elle ne peut donc pas assister, où elle fera la rencontre de la documentaliste qui l’accompagnera un soir au club de lecture de la ville voisine.

La richesse de Morwenna est sa connaissance parfaite des histoires et des personnages de science fiction qui se mêlent à son quotidien. La voix de Corwin d’Ambre, les sorciers de Terremer, les mondes différents de Dune et le « karts » de Vonnegut l’aident à supporter ses galères. Elle attend avec Pippin que le caillou tombe au fond du puits, et prends contacts avec les fées proches du pensionnat. Les thèmes principaux de ce roman fantastique sont l’adolescence et le féminisme.

J’ai bien aimé ce roman, surtout par la façon dont il a été écrit : sous forme de journal intime. Cela pourrait déranger et même ennuyer certaines personnes de lire un livre qui est présenté comme le journal intime d’une fille qui voit des fées, mais pour ma part, j’ai trouvé ça original et cela m’a rappelé les lectures que je faisais quand j’étais plus jeune. Je me suis vite attachée au personnage qui, malgré un dur passage de sa vie, est une jeune fille forte qui arrive à traverser de dures épreuves grâce à son immense imagination féérique.

Je ne recommande pas forcément ce livre à tout le monde, mais plutôt aux jeunes filles d’environ 14 ans qui ne cessent de se plaindre de leur vie et qui sont en pleines crise d’adolescence pour qu’elles se rendent compte, grâce à Morwenna, que la vie pourrait être bien plus affreuse et qu’il faut voir les choses d’une autre façon.

Lara Bassols, 602

Commenter l'article