février 7th, 2018

Une guerre déchirant un pays et une enfance

Petit pays est une une fiction autobiographique de l’auteur Gaël Faye, aujourd’hui auteur-compositeur-interprète et slameur . Il écrit d’ailleurs et poste une musique du même titre en 2012

https://www.youtube.com/watch?v=XTF2pwr8lYk

Ce livre a obtenu le prix du roman lycéen en 2016 et est le lauréat du prix littéraire de notre lycée, en cette année 2017/2018.

Parlons maintenant du contenu: c’est l’histoire de Gabriel, un jeune garçon d’une dizaine d’années. Il vit tout d’abord avec ses parents, Michel d’origine française et Yvonne d’origine Rwandaise et sa petite sœur Ana. L’histoire se déroule en 1993 au Burundi. Plus tard les parents se séparent, les deux enfants restent alors dans la grande maison tranquille de leur père, ensuite tout s’accélère, le 1er juin a lieu les premières élections présidentielles au Burundi, et le  21 octobre 1993 un coup d’état est déclaré avec  l’assassinat  du président ce qui déclenche un guerre civile opposant les Hutu et les Tutsi ( différences ethniques) ce qui place Gabriel dans une situation délicate entre  ses amis prêts à tout pour défendre leur quartier, et lui avec son amour pour la lecture,  son pacifisme et ses problèmes familiaux.

C’est un livre à deux facettes, je m’explique: d’un côté nous avons la vie tendre et paisible de Gabriel et l’insouciance de l’enfance qui s’amenuise au fil du récit et de l’autre, on a la guerre, la violence et le déchirement interne d’un pays qui a l’inverse s’amplifie avec le temps.

Ce livre est dur, tout d’abord car l’histoire parle d’un acte barbare ayant existé avec cette guerre civile extrêmement violente et le fait que l’histoire soit racontée et vécue par un enfant amplifie encore plus ce sentiment.

Dans ce roman j’ai apprécié la simplicité de lecture, n’étant pas grand lecteur, j’ai pu le lire rapidement tout en appréciant et en comprenant toutes les nuances du livre, je n’ai pas trouvé vraiment de point négatif à cet ouvrage, ce qui pour moi le place en première position de notre sélection et le vote de mes camarades a confirmé mes sentiments.

Charlie, 606

 

janvier 28th, 2018

Petit pays

Petit pays est un livre écrit par Gael Faye, un rwandais qui a vécu le génocide.
A travers ce livre, l’auteur nous raconte le génocide rwandais,à travers le point de vue de Gabriel.

Ce livre est un récit d’apprentissage : Gabriel, au début de l’histoire, vit avec ses deux parents et on verra que sa famille va se diviser puisqu’avec son ami, le père expatrié, francais,  jouera les « racistes ».

Dans la première partie du roman,  Gabriel et ses amis vivent dans leur quartier, et ont les occupations d’enfants de 10 ans. Puis au fur et à mesure, on sent qu’on passe dans la deuxième partie à partir du moment où les amis se séparent et que le génocide se met en place  et commence à diviser les populations.

En fin de livre, Gabriel retrouvera  sa mère, autrefois partie chercher ses cousins et sa tante, mais les retrouvailles seront douloureuses, à l’image de ce récit…

J’ai beaucoup aimé ce livre car il est très prenant, du moment qu’on a lu au moins un tiers de l’histoire et que l’on a bien suivi son déroulement. L’histoire est réaliste et nous permet de bien nous rendre compte de la réalité du génocide et de sa violence.

En définitive ce livre est très intéressant tant au niveau historique que dans la façon dont le romancier raconte l’histoire. Petit Pays nous permet d’apprendre l’histoire du génocide Rwandais et son déroulement.

Yoan.

janvier 28th, 2018

Petit pays, Gael Faye

CRITIQUE PETIT PAYS

Petit Pays est un roman, écrit par Gaël Fay. Il  raconte la vie et l’évolution d’un jeune rwandais, Gabriel. C’est le personnage principal. L’éducation de ses parents, ses amis, ses fréquentations, le contexte et la situation du pays, tout cela aura un impact sur la vie de Gabriel. On le verra grandir au sein d’un pays avec une situation politique compliquée, d’une guerre basée sur rien d’autre que l’origine ethnique.

On découvre l’histoire du Burundi, et la dure réalité du génocide qui constitue le principal sujet du roman.

Je n’ai pas trop apprécié ce livre, à cause de sa longueur à démarrer, l’incipit étant trop long à mon opinion.

De plus je trouve que ce roman manque un peu de rythme, et de suspens, l ‘histoire s’enclenche et devient intéressante qu’à partir du milieu du roman.

Malgré tout, ce roman reste plutôt réaliste et historique, élément que j’ai pu apprécier. Il nous permet d’en savoir plus sur le génocide  et le contexte historique du pays.

Ilan, 603

janvier 25th, 2018

Un petit pays déchiré par une grande guerre

Petit pays est en quelque sorte une autobiographie de Gaël Faye, aujourd’hui auteur-compositeur-interprète et slameur. Il écrit et poste un morceau du même titre en 2012.

Gaël Faye – Petit Pays – YouTube,

Pour revenir sur le livre qui a obtenu le prix du roman lycéen en 2016 et qui est nommé cette année en 2017 pour notre prix littéraire, c’est l’histoire de Gabriel un jeune garçon d’une dizaine d’années. Il vit avec ses parents, qui finiront par  se sont séparer, Michel et Yvonne ( un père français et une mère rwandaise) et sa petite sœur Ana. L’histoire se déroule en 1993.

Après la séparation des parents, les deux enfants restent habiter dans la grande maison de Michel au Burundi. Ensuite tout s’accélère, en 1993, le 1er juin, ont lieu les premières élections présidentielles, puis le 21 octobre 1993, un coup d’état est déclaré avec l’assassinat du président ce qui déclenche une guerre civile entre les tutsis et les hutus.

Cela met Gabriel dans une  situation délicate entre ses amis prêts à tout pour défendre leur territoire, lui, son amour des livres transmis par madame Economopulos, son pacifisme et ses problèmes familiaux. Gabriel se retrouve « torturé » dans une des périodes les plus difficiles de sa vie; l’adolescence. Dehors c’est la guerre, plus d’école, des lieux sont pris par des terroristes hutus ou tutsis, des crimes sont commis sans choquer personne, c’est un véritable enfer pour lui qu’il nous transfère grâce aux mots justes de l’auteur tiré de sa propre enfance  et de son parcours.

Maintenant, si je devais apporter une critique , elle serait simple; c’est un livre que je décomposerais en deux temps, je m’explique, d’un côté on a l’enfance très représentée au début avec l’insouciance, l’amusement, les amis qui évolue au fil du livre et de l’autre,  la guerre et la violence qui à l’inverse s’amplifient au court du récit. Ce livre est difficile, plusieurs morts importantes surviennent comme celle de l’oncle de Gaby, le traumatisme de sa mère. Ensuite, l’histoire parle d’un acte passé horrible avec cette guerre civile extrêmement violente et le fait que l’histoire soit racontée et vécue par un enfant, amplifie encore plus cette difficulté.

Dans ce roman, j’ai apprécié la simplicité de lecteur, moi qui ne suis pas adepte de la lecture, j’ai pu le lire rapidement tout en comprenant et en appréciant ma lecture, j’ai aussi aimé le partage des sentiments que l’auteur retranscrit à l’aide de Gabriel.

Je conseille ce livre d’une part à tout le monde, de l’autre à ceux qui n’aiment pas lire. Son contenu nous pousse à lire toujours un peu plus chaque jour !

J’opposerais ce livre à son inverse; Membrane dont histoire  se déroule dans le futur, alors que « petit pays » est la véritable histoire de la guerre civile Rwandaise du Burundi.

Charlie, 606