février 26th, 2016

Les ados deviennent fous !!!

Le début des beaux jours à Marseille , une bande d’ados, une corniche, un seul but dépasser ses limites pour réaliser le saut le plus impressionnant. Un jour l’un de ces ados se fait voler son téléphone. Pour le lui rendre, un seul choix pour Suzanne : sauter de la corniche et faire un saut de l’ange l’une des figures les plus complexes. Quel sera son choix ?

Mailis de Kerangal est une romancière célèbre qui écrit Corniche kennedy en 2008. Dans sa vie elle gagnera plusieurs prix littéraires.

Personnellement je n’ai pas aimé ce livre. Je trouve qu’il est trop difficile à lire, que les pages ne finissent jamais. c ‘est un langage soutenu que je trouve difficile à lire. Je trouve que ce livre fait environ 100 pages sauf que l’histoire sont les 20 dernière pages du livre donc une histoire vraiment trop longue à commencer.

Caroline 603

novembre 30th, 2015

Un faible saut..

Corniche Kennedy, de Maylis de Kerangal

A la suite de la présentation de Corniche Kennedy faîte par un professeur, j’ai eu à mon tour envie de lire ce livre. En effet, ce roman peut être attrayant au premier abord: une histoire  d’adolescents qui cherchent à se surpasser en tentant des sauts de plus en plus vertigineux du haut d’une falaise. Des adolescents qui apprennent à se découvrir et qui prennent des risques.

Cependant, j’ai été extrêmement déçue par ce récit. L’auteur, par ces descriptions ultra-détaillées et son vocabulaire difficile, perd le lecteur et nous désintéresse de l’histoire. La lecture est trop complexe et devient donc désagréable.

J’ai quand même essayé de finir ce livre suite à la recommandation d’un élève, et heureusement que dans les derniers chapitres il y a un peu plus d’action; mais cela n’est pas suffisant. Je n’ai pas aimé ce livre et je le déconseille.

 

Noémie – 604

novembre 21st, 2015

Corniche Kennedy ou l’incipit infini.

Mon avis sur ce livre est mitigé car j’ai eu l’impression que l’incipit durait à peu près 120 pages. Dans ces premiers chapitres, l’auteure nous raconte surtout l’histoire du commissaire Sylvestre Opéra , un homme à la masse corporelle assez importante et à la vie plutôt monotone.De plus j’ai eu l’impression que ce personnage  se mêlait de ce qui ne le regardait pas.

L’action principale de l’œuvre est, selon moi, à la fin du livre, lorsque les jeunes sautent de la corniche la nuit pendant que le maire, le « Jockey », donne une grande réception pour fêter sa « victoire » contre les « inconscients de la corniche ». Je pense que c’est cette partie qui aurait dû être l’histoire principale du livre.

De plus,  l’auteure fait une description psychologique de l’adolescent qui veut dépasser les limites, transgresser  les interdits  mais  je pense  que ce n’est qu’une des multiples facettes de la personnalité des ados.

 

Pourtant ce livre est un bon livre, bien écrit même si  je regrette qu’il n’y ait pas eu plus d’actions.

Mathieu