février 11th, 2018

GABACHO, une histoire pas comme les autres…

Gabacho, tel est le titre du livre critiqué aujourd’hui.

Ce titre comportant un mot d’origine latine nous interpelle, il nous fait penser à du Gaspacho ou Carpaccio… cela nous incite à le découvrir, à l’avaler. De plus, la première et quatrième  de couverture de couleur jaune  nous captive, nous donne envie de révéler ce qui se cache sous celles-ci.

Il est écrit par une jeune femme qui a à présent 22 ans,  provenant du Mexique, appelée Aura Xilonen. Gabacho est son premier roman et il sort du commun, ce n’est pas un livre comme les autres… Mais tout d’abord centrons nous sur cette jeune artiste.

Née au Mexique en 1995 Aura Xilonen a eu une enfance marquée par le décès de son père et de nombreux mois d’exil en Allemagne, par la suite elle passe ses journées chez ses grands-parents. Leur langage imagé et leurs expressions obsolètes la marque. A ses dix-neuf ans seulement elle écrit cette œuvre grâce à laquelle elle gagne le prodigieux prix Mauricio Achar. Aujourd’hui Gabacho a déjà été traduit en huit langues. De nos jours, Aura Xilonen étudie à la Benemérita Universidad Autónoma de Puebla le cinéma.

L’Histoire parle donc d’un jeune garçon, appelé Liborio, provenant des quartiers chauds du Mexique. Misérable, il décide d’aller à la recherche du Americain Dream en traversant la frontière entre son pays d’origine et la terre où tout est possible, tout en risquant sa vie. Liborio narre sa propre histoire, nous raconte ce qu’il vit, ce qu’il sent, partage tout avec nous. Ceci nous rapproche beaucoup du personnage.

En arrivant donc aux Etats-Unis sans rien de plus que son t-shirt, short et caleçon trempés, car il traverse la frontière à la nage, il est en recherche de travail, d’un petit boulot qui lui permette d’avoir un plat face à lui au moins trois fois par jour. Il est finalement embauché dans une librairie hispanique qui le nourrit, le blanchit et héberge. Le garçon a un don pour la bagarre et interpelle de nombreuses personnes grâce à des vidéos postées sur YouTube. Ce talent est accompagné d’un caractère fort, c’est un garçon qui ne jette jamais l’éponge, qui n’a rien à perdre et n’a peur de rien !

En plus de toutes les querelles, le jeune Liborio tombe follement amoureux d’une jeune fille, dont vous découvrirez le nom avec lui à travers les pages. Cette histoire donc de lutte et d’amour est écrite dans un registre très familier ce qui nous met en complicité avec le narrateur, surtout pour nous jeunes lecteurs. L’auteur arrive donc à nous présenter un personnage attachant qui mène une dure vie mais qui nous montre que tout est possible. De plus, ce langage de rue permet d’avoir des passages très humoristiques. L’histoire est également composée de retours en arrière qui nous clarifient des passages et nous racontent un peu plus de sa vie, ceci nous approche encore beaucoup de Liborio.

J’ai beaucoup aimé ce livre, il est donc différent des autres avec de l’action dès de début jusqu’à la fin. Il reflète aussi une réalité de notre monde avec tous les immigrés et problèmes de la vie quotidienne de certaines personnes tout en racontant une incroyable histoire.

Gabacho présente une grande leçon de vie: c’est que même quand on pense qu’on est au bout, que tout est fini et qu’il n’y a plus de sortie, tout est possible, si on le veut on peut, si on se donne les moyens on peut, si on travaille dur on peut… Il faut y croire et persévérer.

J’espère que cette critique vous donnera envie de lire Gabacho et si c’est le cas, que vous prendrez plaisir à le faire.

Bonne lecture !

Eric, 606

 

février 7th, 2018

GABACHO la vie trépidante d’un jeune immigré

Gabacho est un livre d’Aura Xilonen, une jeune fille née en 1995 au Mexique et qui fait des études de cinématographie. Gabacho est son premier livre et c’est d’ailleurs une réussite. Ce livre est écrit avec du langage familier et de l’argot

Ce roman raconte l’histoire d’un jeune mexicain de 17 ans immigré aux USA, nommé Liborio. Ce jeune homme travaille dans une petite librairie où il est logé  et gagne de quoi se nourrir. Durant l’histoire il tombera fou amoureux d’une « gisquette » prénommée Aireen et qui chamboulera sa vie puis après de nombreux problèmes, il sera hébergé à « La casa del Puente » où il rencontrera des personnes sympathiques qui l’aideront dans sa vie; c’est dans ce lieu qu’il commencera sa carrière de boxeur.

Ce livre pour moi fut un vrai bonheur, j’y suis rentré dès le départ et je l’ai lu en seulement quelques jours.
Il a
 une histoire captivante, drôle et avec de l’action. Le langage familier et l’argot nous permettent de bien rentrer dans l’histoire, de l’imaginer et s’en imprégner.

De plus, il y a plein de détails la rendant très réaliste. L’auteur nous montre bien comment la vie peut être dure et difficile avec plein d’entraves et des obstacles, mais il y a quand même des gens bien permettant d’améliorer cette vie et même de la rendre joyeuse.

Dans ce roman, il y a de temps en temps des passages en italique parlant des souvenirs de la vie passée de Liborio (avant d’être arrivé au USA) qui sont de parfois un peu longs; et il y en a d’autres sur sa vie à la librairie et les moment passés avec son boss qui nous mettent souvent le sourire aux lèvres.  L’auteur arrive très bien à exprimer les pensées et les sentiments et émotions du personnage principal.

J’aie trouvé la lecture simple et efficace nous faisant rentrer dans l’histoire dès les premières lignes et ce fut pour moi quelques pages de bonheur.

Je vous conseille fortement de le lire car il est merveilleux, facile à lire. Moi qui ai un peu de mal à m’y mettre, je l’ai fini en moins d’une semaine et je l’ai trouvé merveilleux, j’aurais même aimé qu’il soit un peu plus long ou qu’il y ait un deuxième tome et je n’en suis pas déçu. Il a l’air un peu épais à vue d’œil mais il ne fait pas énormément de pages, c’est en plus écrit en assez gros et il est très simple à lire même pour ceux qui n’ont jamais touché un livre de leur vie.

Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous conseille vivement de l’emprunter avant que vous ne le puissiez et je vous souhaite une très bonne lecture.

Pablo,606

février 7th, 2018

Un enfant du monde

Petit Pays est le premier roman de Gaël Faye, connu jusque-là comme auteur-compositeur-interprète.

Gaël Faye est né en 1982 à Bujumbura au Burundi d’une mère rwandaise et d’un père français.

En 1995, après le déclenchement de la guerre civile au Burundi en 1993 et le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994, il arrive en France .

Il était donc inconnu dans le monde de la littérature jusqu’à l’écriture de son livre Petit pays mais il était connu en tant que slameur .

 Gabriel, dix ans,vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés .Gaby connaît à Bujumbura les joies d’une enfance libre et heureuse, un  quotidien paisible, mais tout ce bonheur va se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire.

Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Successivement, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule.Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français…

En lisant ce livre , d’une façon ou d’une autre, l’auteur nous touche et nous emporte avec l’histoire du métissage, de racisme, des méfaits de la colonisation et de l’exil…

 Alors que les élections présidentielles apportent l’espoir d’une démocratie, ce petit pays tombe sous le poids de la haine, de la mort et des massacres. Le petit Gaby coule des jours heureux au cœur de son impasse, entouré de ses amis. Il va chercher longtemps à se cacher la réalité, il ne veut pas choisir son camp mais il devra comme tout le monde faire le deuil de sa vie d’avant, tirer un trait sur son enfance et perdre son innocence…

 J’ai beaucoup apprécié ce livre très touchant car comme nous l’avons vu au début de ce roman, Gaël Faye nous donne l’image d’un petit garçon innocent qui profite de son enfance avec ses amis qui, eux, vont se rebeller et Gaby ne va plus les reconnaître. Ils deviendront des « inconnus » , Gaby va donc se renfermer sur lui même mais aussi en lisant des romans sauf qu’au bout d’un moment notre héros va devoir se réveiller et faire face à la réalité qui est dure à encaisser pour un enfant .

Entre les différents clans , la séparation de ses parents , sa famille qui se brise petit à petit… Gaby perd peu à peu sa joie .

 Ce roman est écrit avec une grande simplicité, l’amour et la délicatesse d’un jeune enfant.

Il nous intègre à cette famille inspiré par les propres expériences de l’auteur. Par exemple, Gaby et l’auteur sont tous les deux des métis d’une mère rwandaise et un père français et vont tous les deux devoir s’exiler en France .

 Malgré beaucoup de points positifs , il y a un petit bémol dans cette histoire ou plutôt dans la façon d’écrire de l’auteur: les lettres envoyées à Laure, la correspondante française, sont écrites d’une façon assez complexe par rapport à la façon dont le reste de l’histoire est écrite .

 Je conseille néanmoins vivement ce livre. Il est assez intéressant et se glisser dans la peau d’un petit enfant  va plus nous toucher que si le personnage principal était un adulte, on a même de la compassion et on arrive bien à s’imaginer cette histoire puisqu’elle est inspirée de faits réels et peut-être même par les propres expériences de l’auteur… 

Ganiatou, 606

 

 

 

janvier 25th, 2016

Le cricket, plus qu’un sport, un espoir pour échapper à l’enfer…

Le Cricket Club Des Talibans est un livre écrit par un écrivain indien, nommé Timeri N. Murari. Ce livre raconte l’histoire de Rukhsana, une jeune journaliste afghane qui ne peut plus exercer son métier à cause du régime de terreur des talibans, menés à Kaboul par Zorak Wahidi le ministre de la Promotion de la vertu et de la Répression du vice, qui veut promouvoir le cricket pour faire connaître l’Afghanistan comme une nation sportive afin de faire croire que le pays se porte bien alors qu’en réalité la nation est plongée dans l’enfer de la guerre contre les talibans.

Au travers d’une histoire passionnante et émouvante, cet ouvrage nous plonge au cœur de la vie d’une jeune femme qui a perdu son père qui a roulé sur une mine terrestre avec les grands-parents de Rukhsana et de son frère Jahan, mais dont la mère est atteinte d’un cancer en phase terminale qui attend son heure. Jahan et ses cousins souhaitent participer à un tournoi de cricket pour pouvoir partir s’entraîner (et s’enfuir) au Pakistan et ainsi quitter à jamais l’horrible guerre dans laquelle ils ont vécu. Pour cela, Rukhsana ayant joué au cricket lorsqu’elle était à l’université à bon niveau, décide de les entraîner pour leur offrir une chance de partir. La jeune femme élaborera une ruse pour coacher ses cousins sans porter le burqa qui l’empêche de pouvoir jouer correctement et ainsi d’entraîner ses cousins convenablement. Seulement, Rukhsana doit elle aussi quitter le pays à tout prix, en effet, Zorak Wahidi veut épouser Rukhsana, ce que celle-ci ne veut pas et utilisera sa ruse pour faire croire qu’elle n’est pas à Kaboul, et se fera donc passer pour un homme du nom de Babûr, mais c’est très risqué car si la police (religieuse ou pas) s’aperçoit du subterfuge, alors Rukhsana et toute sa famille sera exécutée par les talibans. Rukhsana va-t-elle réussir à s’échapper d’Afghanistan et ainsi survivre? Jahan et ses cousins vont-ils remporter le tournoi de cricket pour s’enfuir au Pakistan pour rejoindre un autre pays? Un seul moyen de le savoir, lire ce magnifique livre.

Selon mon point de vue, ce livre est sans aucun le meilleur que j’ai lu dans cette sélection 2016 du prix littéraire Déodat de Séverac et mérite largement d’être dans le top 3 des meilleurs livres et même de remporter ce prix, car cet ouvrage m’a vraiment touché, ce qui n’est pas facile, et de plus je le trouve passionnant comme je l’ai déjà dit, il nous plonge incroyablement bien dans le quotidien des afghans persécutés par les talibans de manière à donner l’impresion d’être réel. Cependant, le seul bémol de ce bouquin est le fait qu’il y ait trop de détails dont certains, selon moi, inutiles ce qui rend un peu trop longue l’histoire.

Brice Rigoni 603.

janvier 25th, 2016

Un malaise infini

Claire Fuller est une auteur anglaise qui a gagné le Prix Desmond Elliott en 2015 pour son premier roman, que je vais vous présenter, Les Jours Infinis.

Ce roman raconte l’histoire et le périple de Peggy, une jeune londonienne d’origine allemande de 8 ans qui, pendant 9 ans, sera coupée du monde et sera avec son père, survivaliste, dans la forêt.
Sa mère, Ute, pianiste reconnue internationalement, lui transmettra sa passion pour le piano et la musique, involontairement, et c’est en partie ce qui permettra à Peggy de survivre à la solitude dans la forêt pendant des années, jouant tous les jours sur un piano en bois avec seulement des touches, se jouant la mélodie de La Campanella dans la tête, et la chantant avec son père pendant un long moment.

Ce roman alterne les passages entre la vie dans la forêt de Peggy et sa vie de retour à la normale 9 ans plus tard, en 1985, périodes qui vont se rejoindre à la fin du roman pour les derniers chapitres, hauts en révélations .
Ce roman est très bien écrit et retranscrit très bien les états d’âmes de ses personnages, et c’est ce qui m’a choqué du début jusqu’à la fin. L’histoire joue sur les états psychologiques de ses personnages ainsi que sur leur résistance à la souffrance, physique et psychique. L’histoire enchaîne les rebondissements dans les situations de crise successives auxquelles seront confrontés les personnages, malgré une période creuse et paisible au centre du roman qui fait presque tâche par rapport aux épreuves que subissent Peggy et son père avant et après. On sent quand même que ce moment de pause est nécessaire sinon le livre n’aurait pas duré face à l’avalanche de problèmes sur Peggy, qui aurait été détruit, ne sachant réagir. Cela n’empêchera pas le père de Peggy de craquer psychologiquement et de se mettre à vouloir commettre l’impardonnable.
J’ai eu du mal à m’empêcher de raconter la suite et la fin de l’histoire, qui contrairement au début, est riche très intéressante.
Cette histoire m’a tenu en haleine à partir du quart environ, car le début de cette histoire est comme une vaste scène d’exposition nécessaire afin de bien comprendre l’histoire mais cependant ennuyeuse. Le « pouvoir » de ce roman est d’accrocher le lecteur et de le maintenir sur sa lecture, malgré ses passages durs pour le cœur et certains glauques voir malsains, mais qui amèneront toujours le lecteur à se demander la suite.
Le malaise provoqué par ces passages est en fait ce qui maintient le lecteur sur sa lecture, et c’est cette façon de faire de l’auteure qui m’a plu.

En conclusion, malgré un début de roman tres difficile pour moi ( huit chapitres en deux semaines), la suite m’a tellement happé que je suis resté sur ce livre et l’ai fini en une après-midi.
Commencer ce livre demande du courage et d ela persistance, mais cela se révèle payant avec une histoire de qualité m’ayant au final procuré des émotions contraires, à savoir du plaisir et du malaise.
Je recommande ce livre à tout le monde, pour peu que lire une dizaine de chapitres ennuyants ne vous rebute pas trop.

Louis, 603

décembre 2nd, 2015

Petits combattants, l’histoire d’une enfance

 

Petits combattants est un roman réaliste écrit par Raquel Robles paru en 2013. C’est le récit de la révolution Argentine, vécue par des milliers d’Argentins entre 1976 et 1983, racontée à travers les yeux de deux très jeunes enfants de maternelle et de primaire. Leurs parents, des résistants, ont été enlevés et la sœur et son frère se développent un esprit de combattant et s’entraînent dans l’espoir de retrouver leurs parents tout en s’attendant « Au Pire », à savoir la mort de leurs proches. Le roman se compose de petites histoires, plus ou moins rattachées les unes aux  autres, que les deux enfants,à la recherche de réponses,vivent avec leurs grands-mères, leur oncle et tante, à l’école, avec des camarades « alliés ».  La jeune fille, narratrice du livre, est dévouée à son frère, elle lui apprend à mentir, à se contrôler, à être fort.

J’aime le fait que l’histoire soit racontée de façon simple et infantile. On s’attache ainsi plus facilement au personnage qu’est cette combattante qui s’interdit de pleurer sur son sort. Malgré le fait que certains passages peuvent paraître longs et sans intérêts pour la suite des événements, le roman est attachant et l’on veut toujours savoir si oui ou non les enfants  vont retrouver leurs parents; si oui ou non, ils grandiront comme de vrais révolutionnaires; si oui ou non, ils survivront à cette aventure qui est loin d’être facile. Quelquefois, les histoires et  le mode de penser  peuvent être peu crédibles car il est étonnant qu’une fille d’un si jeune âge puisse raisonner d’une telle façon.  Cependant, Il est intéressant de lire ce roman un peu historique et  d’ apprendre à ce propos ce qui concerne  la révolution Argentine.

Ce roman permet à ceux qui n’aimeraient pas la littérature compliquée et remplie de longues descriptions de s’attacher à une histoire simple sans pour autant s’ennuyer, de ressentir les émotions de ces enfants courageux mais sensibles, et de se plonger dans une réalité de la vie qui est certainement très dure pour des milliers d’Argentins, comme elle l’a peut-être été pour l’auteur et qu’elle l’est pour ces deux petits combattants.

Par Eva.

décembre 10th, 2013

La délivrance est à portée de main…

Délivrance est un roman d’ Adler Olsen écrit en 2009 qui a été édité par Flakepost Frap. C’est un polar qui nous présente de nombreuses histoires, qui n’ont, apparemment, aucun lien entre elles. Au fur et à mesure du livre, toutes les histoires se rejoignent, pour au final, prendre tout leur sens.

C’est l’histoire d’un kidnappeur, mais aussi d’une équipe de policiers qui s’occupe de vieilles affaires non résolues dont notamment l’histoire d’une lettre trouvée dans une bouteille qui a été écrite avec du sang. Le personnage principal, le kidnappeur, dont on ne connait pas le nom puisqu’il présente des identités multiples, est poussé par sa haine envers les sectes, et ce, par la faute de son père, un extrémiste catholique, qui, quand il était jeune, l’a maltraité.

Ce livre m’a plu car j’ai beaucoup aimé les différentes intrigues présentées à travers le scénario. Malgré tout ça, j’ai trouvé certains moments un peu ennuyants, c’est pourquoi j’ai sauté quelques pages de temps en temps, ce qui ne m’a pas empêché de bien suivre l’histoire. En effet, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de moments ou il ne se passait RIEN. Pourtant, le lecteur est retenu par le suspens. Par contre, les moments d’actions sont palpitants et passionnants… Je vous recommande de le lire car il est certes long, mais j’ai beaucoup apprécié le rythme soutenu qui laisse le lecteur constamment en haleine.

Louis M. de 601

 

décembre 10th, 2013

Une Volonté de Glace

Ree Dolly a 17 ans. Elle vit seule dans la forêt des Ozarks avec ses deux frères dont elle s’occupe. Quand son père sort de prison, il disparaît sans laisser de traces. Elle n’a pas d’autre choix que de se lancer à sa recherche et ce sous peine de perdre la maison familiale, utilisée comme caution auprès de la justice. Ree va alors se heurter au silence de ceux qui peuplent ces forêts du Missouri. Mais elle n’a qu’une idée en tête, retrouver son père pour sauver sa famille.

Nous avons trouvé que ce roman était sombre et triste. La noirceur dans cette histoire succède au désespoir. C’est un roman bien écrit, qui regroupe beaucoup de scènes d’action et d’émotion tout au long du récit. Ce qui nous a le plus ému, c’est la volonté de Ree à retrouver son père par n’importe quel moyen, sans jamais renoncer, pour éviter à sa famille d’être mis à la rue. Le personnage de Ree est très attachant et dès les premières pages, on se retrouve envoûté par ce personnage, au point de ne plus vouloir le lâcher, l’abandonner. Par ailleurs, la chute du roman est surprenante. Au final, nous avons trouvé ce roman très émouvant et attachant du début à la fin, sans aucun ralentissement dans cette superbe histoire. 

Nous vous recommandons donc de lire ce roman.

Anthony et Emmanuel  601…

novembre 29th, 2013

L’attentat , un roman passionnant !

L’attentat de Yasmina Khadra , publié en 2005, raconte l’histoire tragique d’un chirurgien, Amine Jaafari, dans un attentat kamikaze à Tel-Aviv. L’hopital reçoit un grand nombre de blessés, femmes, enfants … . Dans la nuit, l’un de ses amis l’appelle pour venir à l’hôpital d’urgence, ne comprend pas pourquoi , il vient quand même. Puis c’est à ce moment là qu’il apprend que la personne qui a causé l’attentat est sa femme. Il va faire tout pour comprendre le choix de sa femme qui était normalement partie en voyage.

Ce roman est vraiment l’un des meilleurs livre que j’ai lu ! Pour la simple raison que l’histoire de ce docteur est passionnante, il part et recherche les moindre indices qui pourraient l’aider dans sa quête éperdue qui a pu motiver sa femme à commettre un tel acte. Quand il voyage dans les différentes villes , Bethleem, Tel-Aviv, Jérusalem , on voit ce qui se passe vraiment , ce conflit entre Israël et la Palestine. On se sent vraiment attaché a ce personnage.

Simon. D 612

novembre 12th, 2012

Le Courage d’un jeune étudiant

Tahar Ben Jelloun a réussi un petit chef d’oeuvre qui en très peu de pages nous transporte dans le monde de Mohammed Bouazizi, jeune étudiant Tunisien qui malheureusement pour lui n’a pas été aidé par le destin. Après la mort de son père, ce jeune étudiant ne voulait pas vivre la meme vie que lui, il voulait monter une famille avoir des enfants, vivre dans une maison..
Mohammed va être constamment suivi et harcelé par la police, ce qui va  sérieusement compromettre ses projets futurs.
Cet écrivain essaye grâce à ce roman de nous montrer le courage de ce jeune homme qui apres plusieurs perpétuels  harcèlements va s’immoler par le feu sur la place publique pour ensuite devenir le symbole de la révolution arabe.

Je conseille vivement ce livre parce qu’il est facile à lire ce qui ne découragera pas les mauvais lecteurs , d’autant plus que c’est tiré d’une histoire vraie ce qui renforce un lien émotionnel au récit.

Lucas 611