mars 7th, 2018

Le foot complice de méfaits ?

Dans cette œuvre de Santiago Roncagliolo intitulée La Peine Capitale, nous suivons le quotidien d’un jeune homme, Félix Chacaltana Salvidar qui mène une vie plutôt paisible, malgré le fait que sa mère a encore tout pouvoir sur lui .
Assistant-archiviste au palais de justice de Lima (Pérou) il ne fait rien d’autre que d’être curieux , tout simplement, cependant, cette curiosité l’entraîne dans une situation très délicate .
Félix n’apprécie pas le foot tant que ça contrairement au reste des citoyens du Pérou et au reste du monde…

A travers son itinéraire dans ce livre, Félix découvrira à quel point la justice est « pourrie » surtout pendant cette coupe du monde, comme par exemple son supérieur, qui à l’air limite de n’avoir rien à faire de la « justice » , tellement que l’on croirait avoir affaire à un imbécile complet, l’idiot de service qui est là pour soit-disant apprendre la vie et le métier à Félix, alors que lui même ne sait pas ce qu’il fait. Tout le long du livre, on le verra au lieu de faire son « travail »  inciter notre héros (ou anti-héros , vous comprendrez ! ) à lâcher le boulot pour se focaliser sur sa petite amie , ou encore sur le foot malgré le fait que Félix, lui, insiste pour travailler …

« La peine capitale » est un livre qui se lit très facilement, les transitions sont très bien enchaînées les moments « footeux » sont très bien rendus.

Malgré certains moments un peu « mous » et lents , on apprend à comprendre le protagoniste, et on comprend ce qu’il ressent, ce qu’il vit . On aimerait parfois être à sa place, pas parce qu’on l’envie mais plutôt parce qu’on voudrait faire le contraire de ce qu’il fait, tellement c’est simple, irrationnel, erroné … Ou au contraire, on ne voudrait pas être a sa place dans certaines situations que l’on a déjà vécues et que l’on ne veut pas revivre ou dont on a pas envie de faire l’expérience.  Justement, ce qui est très bien avec ce livre, c’est que l’auteur a su mettre en lien des choses de la vie quotidienne et des choses que l’on ne vit pas très souvent, voire pas du tout et les transitions entre elles sont parfaitement bien enchaînées .

Durant cette coupe du monde de 70 , Félix  devra  apprendre à vivre avec cette justice corrompue, il devra vivre à travers tous ces mensonges, cette violence, cette injustice  pour pouvoir lutter contre.

René, 606

février 7th, 2018

La face cachée de la Coupe du Monde 78

Très souvent, les Etats se sont servis d’événements publics pour dissimuler des actes répréhensibles.  On observe ces comportements depuis l’Antiquité, où les empereurs utilisaient les jeux du cirque pour s’attirer la bienveillance du peuple, et ainsi, éviter une quelconque révolte.

C’est ce type de comportement qui est décrit dans La peine capitale, écrit en 2016 par Santiago Roncagliolo. L’auteur est né en 1975 au Pérou, pays dans lequel il a situé son histoire qui se passe durant l’été 1978. Or, il se trouve que cette date correspond à la 11ème Coupe du Monde de foot, qui a eu lieu en Argentine, pays frontalier du Pérou, compétition pendant laquelle le Pérou se qualifie en demi finale avant de s’incliner face à l’Argentine.

Ce roman mêle affaires politiques, matches de foot et enquête policière. Il raconte l’histoire de Felix Chacaltana Saldivar, jeune homme d’une trentaine d’années, travaillant comme assistant archiviste au Palais de Justice, personnage quelque peu maniaque. Il vit avec sa mère et fréquente Cecilia depuis quelques mois. Au début de l’histoire, son seul ami, Joaquin Calvo, est retrouvé mort, assassiné. La suite du récit est centrée sur les recherches de Chacaltana, visant à découvrir qui est le meurtrier de son ami.

Dès le début de l’histoire, le lecteur est plongé dans une ambiance pleine de suspense : un homme transporte un colis qu’on devine être un enfant, il a peur et, poursuivi, se met à fuir dans les rues de Lima avant de se faire tuer. Plus tard, on découvrira que c’est Joaquin. Tout au long du récit, l’auteur nous tient en haleine en ajoutant de nouvelles pistes et preuves dans l’enquête de Felix.

Le ton du livre est à la fois comique avec le décalage des personnages comme la mère de Chacaltana, très croyante, qui pense que tout est pêché : des élections présidentielles au simple baiser entre son fils et Cecilia. D’ailleurs, leur relation amoureuse est aussi un peu ridicule, donc comique, à cause du comportement de Felix qui, en pensant respecter sa copine, n’ose aucun geste, ce qui la fait douter de ses sentiments.

L’atmosphère du roman est à la fois sombre et dérangeante car ce qui paraît n’être qu’un simple règlement de compte devient une affaire de trafic international d’enfants.

En plus d’avoir une trame intéressante, ce livre est instructif historiquement parlant : on voit la première élection présidentielle au Pérou qui n’avait pas connu cela depuis un certain temps et toute les répressions que cela a entraîné. En effet, une campagne de lutte antiguérilla nommée Opération Condor, consistait en l’alliance de 5 pays d’Amérique latine, sous dictature, qui se coordonnaient pour arrêter les opposants, le plus souvent communistes ou républicains, alors même qu’ils passaient les frontières pour se réfugier ailleurs. Les dirigeants profitaient de l’euphorie des matches de foot pour procéder à ces arrestations en toute discrétion… Au moins 377 personnes ont été victimes d’enlèvement, tortures et assassinats à cause de cette opération.

Opération Condor :http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMEve?codeEve=795 

J’ai bien aimé ce livre et je le conseille à ceux qui aiment les romans policier !

Charlotte, 606

 

février 18th, 2017

Sur les traces d’un mystérieux gourou…

Grand maître est un faux roman policier. Il a été écrit par Jim Harrison, de son vrai nom James Harrison, qui est un auteur très populaire aux Etats-Unis. Il s’agit d’un faux polar, car en effet, même si l’histoire nous raconte une enquête policière, ce n’est qu’une façon détournée de nous raconter la reconstruction d’un personnage haut en couleur.

Tout commence par une affaire de viol. Une fillette a été abusée et Sunderson, notre policier fraîchement retraité tente de résoudre cette enquête. Il est totalement obnubilé par celle ci et  décide de s’y vouer entièrement.Il se met alors sur les traces d’un mystérieux gourou, dirigeant une secte et possédant de multiples pseudonymes: Grand Maître, Dwigth, etc … Sunderson est entouré et peut compter sur ses amis pour avancer dans son affaire. D’un côté son meilleur ami, Marion et de l’autre sa toute jeune voisine Mona.  Sunderson finira par en finir avec cette affaire qui n’était en réalité qu’une façon de refuser sa retraite et de s’accrocher à sa vie passée.

Mon avis sur ce livre est assez partagé…  D’un côté, il peut être intéressant par la complexité de ses personnages. Sunderson et Mona sont assez surprenants.

Sunderson est un personnage très porté sur le sexe, d’une nature alcoolique, au caractère plutôt têtu, qui espionne sa voisine encore mineure dans des situations intimes. Mais il est également une personne très intelligente. Il parvient presque à lui seul et de ses propres moyens -il est à la retraite, il n’a plus les ressources de son ancien travail- à venir a bout du Grand Maître. Il est également très cultivé : une de ses grandes passions est la lecture. Il possède chez lui une grande bibliothèque.

Le personnage de Mona est encore plus surprenant. Elle partage avec Sunderson son addiction pour le sexe et son côté dévergondé. Elle parle assez de façon assez vulgaire : elle teste sa sexualité et en parle très ouvertement. Elle se permet même de draguer Sunderson pour le tester, parce que tout cela l’amuse fortement.  Mais tout comme Sunderson, elle possède une autre facette d’elle même totalement en contradiction avec son premier abord. Elle est très intelligente : Mona a d’excellentes notes au lycée. De plus, elle a  des dons en informatique. C’est une geek très douée que l’on peut même qualifier de HACKER. Elle arrive même à aider Sunderson dans sa quête du Grand Maître. Son aide est très efficace et même plus pertinente que celle de la police. 

Deux personnages donc, aux facettes multiples et étonnantes, qui guident cette histoire. Je trouve également l’idée de faux roman policier intéressante.

Cependant je trouve que le rapport au sexe est un peu trop présent et pas obligatoirement nécessaire à certains moments, notamment lors du départ du héros de son poste dans la police. L’histoire en elle même est quand à elle facile à lire mais un peu ennuyeuse et stagnante. A part à la fin du livre ou un peu d’action a lieu, le rythme du récit est un peu trop lent à mon goût.

 Je retiendrai donc une histoire simple et un peu longuette avec des personnages complexes qui peuvent être intéressants, mais malgré tout au final un livre qui laisse une impression un peu fade.

Julie B, 602

février 2nd, 2017

Un homme assoifé de sang

L’homme tigre est un roman indonésien d’ Eka Kurniawan écrit à la 3ème  personne. Il date de 2015.

Le roman raconte l’histoire d’un jeune homme qui assassine quelqu’un en le mordant jusqu’à la jugulaire. On le sait dès la première phrase. Juste après on bascule sur une autre personne et on nous fait sa description puis on bascule sur une autre personne.

Ce roman pour moi n’est pas captivant car je n’arrive pas à être pris dans l’histoire. On nous dit directement que Margio assassine Anwar Sadat mais alors qu’on s’attend à continuer sur ce meurtre horrible et sanglant on suspend cette action et on part sur une description de tous les autres personnages.

Je n’arrive pas à suivre aussi car à chaque fois qu’il y a un mot en indonésien,  la définition de ce mot est à la fin du roman et je n’arrive pas à me remettre dans le roman. Je suis toujours en train de chercher la ligne où je m’étais arrêté.

Cependant si vous aimez  la culture indonésienne ou vous voulez la découvrir  lisez  ce livre :) il vous plaira

Luc  604

janvier 20th, 2015

Enquête n°2

Première question :
15% de la classe ont lu 1 livre, 39% de la classe ont lu 2 livres et 39% ont lu 3 livres aussi. 0% ont lu 4 et 6 livre et 15% en ont lu 5.

Seconde question :
53% de la classe ont trouvé un livre qui les enthousiasme et 47% non.
Dans les 53% de la classe qui ont trouvé un livre qui les enthousiasme, 15% ont lu « Dans le terrier du lapin blanc » et 29% ont lu « Wakolda » et 35% ont lu « la 5ème vague »

Troisième question :
Dans le cadre de cette opération, sur la totalité de la classe, 62% étaient curieux, 37% étaient fatigués, 37% dépassés, 33% étaient enthousiastes, 8% étaient stressés et 8% étaient confiants.

Quatrième question :
Sur 19 élèves les meilleurs conditions de lectures étaient pour 64% dans leur lit, pour 26% au calme et pour 10% pendant les vacances.
Il avait 7 élèves qui n’ont pas répondu.

Cinquième question:

Sur la totalité des participant qui ont formuler leurs point de vue sur un roman lu, 48% ont trouvé que cela était un exercice imposé, 36% ont trouvé ça difficile, 32% ont pris plaisir , 28% ont trouvé que cela était un moyen d’affiné ses goûts et 24% ont trouvé que cela à été une façon de clarifier ses idées.

Sixième question :

15 élèves n’ont pas répondu à cette question. Sur le reste des participants, 27% ont dit que la critique était l’activité qu’ils ont préféré, 63% ont dit que leur activité préféré était la sortie à la médiathèque et une personne à dit que l’atelier fan fiction était son activité préféré.

Septième question :

Sur le site prixlitterairedeodat.fr (3 personnes n’ont pas répondu), 22% ne s’y sont jamais connecté, 76% se sont connectés une ou deux fois.

28% pensent que les contributions sont intéressantes, 42% pensent qu’elles incitent à lire et 14% pensent qu’elles sont inuliles. 12 personnes n’ont pas répondu à cette question.

Personne n’a répondu à la question « Page ou article préféré »

Pauline, Océane et Brice.

janvier 15th, 2015

Du pétrole sur l’eau

Du Pétrole sur l’eau, est un livre dont l’histoire se passe au Nigéria, on va suivre l’avancée de deux journalistes dans une enquête pour retrouver une femme disparue. Très vite, ils vont orienter leur enquête vers une société productrice de pétrole qui rase des villages pour implanter de nouvelles mines de pétrole.

Personnellement, je n’ai pas accroché avec ce livre, certains passages m’ont paru trop long, j’aurais souhaité plus d’action. Je n’ai pas aimé les nombreuses analepses entre les moments actuels et les moments avant l’enquête, qui sont elles aussi trop longues et trop nombreuses.

Je pense tout de même que le livre peut plaire aux lecteurs qui s’intéressent aux enquêtes et au journalisme.

Enzo P. 613

janvier 13th, 2014

Le destin tragique d’un humble chirurgien

L’attentat est un roman écrit par Yasmina Khadra en 2005. Ce livre raconte l’histoire d’un chirurgien arabe reconnu dans la ville de Tel Aviv qui, à la suite d’un attentat suicide, perdra sa femme. En effet, Amine (le chirurgien) réalisera que son épouse était liée à un groupe de fanatiques islamistes, et, qu’elle a préféré mettre fin à ses jours en tant que martyr.

Ce livre est très attirant car nous pouvons remarquer le contraste entre la vision d’un chirurgien qui sauve des vies en pensant que c’est la plus précieuse des choses, et, un groupe qui vénère un martyr car il s’est sacrifié et a tué une vingtaine de personnes innocentes.

Au fur et à mesure de l’enquête réalisé par Amine, le personnage va voir son destin se dégrader en apprenant diverses nouvelles comme la correspondance de certains de ses proches avec ce groupe. En effet en plongeant dans la découverte d’une vérité inacceptable, le personnage sera complètement déboussolé.

Ce livre se termine étrangement et vous laissera perplexe.

 

Paul.L 605

 

janvier 9th, 2014

La mort du chien de Mme Shears

bizarre_incident_du_chien-mark_haddon

Le Bizarre Incident du chien pendant la nuit raconte l’histoire d ’un jeune garçon qui trouve le chien de sa voisine mort. Celui-ci va effectuer une enquête afin de trouver l’assassin. Durant ce périple, Christopher va faire de surprenantes découvertes qui vont le changer profondément.

J’ai particulièrement aimé le personnage principale de l’histoire mais aussi les découvertes surprenantes de cette enquête mélangeant suspens et excitation. J’ai pu me projetter à travers le personnage de Christopher, ce livre est très facile à lire malgrès une digression du livre et une fin assez frustrante.

Je recommande ce livre.

 

Julien 605

janvier 9th, 2014

Un chien assassiné pendant la nuit !

Le bizarre Incident du chien pendant la nuit nous raconte l’histoire de Christopher attteint du syndrome d’Asperger (autre forme d’autisme). Il découvre le chien de Madame Shears  enfourché sur le sol de la pelouse. Après inspection du cadavre, il décide de commencer son enquête.

J’ai particulièrement aimé ce livre car je me suis attaché au personnage tout le long de ma lecture. Je trouve l’histoire du récit très intéressante car l’on peut grâce à ce roman mieux comprendre les personnes touché d’autisme. Ce roman est facile à lire malgré quelques digressions et une fin du moins très surprenante.

 

 

F.E

décembre 17th, 2013

Carl Valdemar Jussi Henry Adler-Olsen : Interview

L’auteur de Délivrance et de Miséricorde, deux des fameux thrillers scandinaves, décrit dans cette interview le personnage principal de sa trilogie, Carl Mørck, un enquêteur qu’il compare à lui-même pour le tempérament, ainsi qu’Assad, son acolyte, qu’il compare au Dr Watson.

Vous apprendrez dans cette interview les ambitions et les pensées politiques de l’auteur: il souhaite critiquer et questionner sur les faits restés inexpliqués et mène au préalable ses propres enquêtes pour ses livres.

Un jeu-concours peut vous permettre de gagner le prochain livre de Jussi Adler Olsen , Dossier 64.

RDV sur http://www.en-terre-scandinave.fr/les-bonus/Jussi-Adler-Olsen-en-questions pour en savoir plus sur les secrets de l’auteur !

Gabriel, Valentin, et Frédéric 605