janvier 3rd, 2012

La Lune s’enfuit

Rax Rinnekangas né en 1954 à Rovaniemi en Finlande écrit « La Lune s’enfuit », un roman plutôt difficile pour les âmes fragiles ? Oui.

L’auteur est très descriptif des le début. Pendant toute la lecture il y a une sorte de connexion entre les adolescents et la nature qui est plutôt intéressante.
Comme tous les ans, Lauri va chez ces cousins Sonja et Léo. Un « love triangle » se forme et très vite ont des relations sexuelles avec l’un l’autre alors qu’ils sont encore très jeunes. Un jour Sonja meurt atrocement.
Le reste du temps les garçons se lamentent de la mort de leur amoureuse. Léo et Lauri ne se parlent plus. La dernière moitié du roman n’est que tristesse et lamentation.
De plus plein d’histoires restent inconnues. Le grand-père dont ils parlent tant dès le début du roman ? Lotvonen qui disait tout savoir sur la mort de Sonja ? Mais quoi ? Et puis Léo a-t-il été découvert ?

En conclusion ce roman donne envie de tourner la page…mais seulement dans la première partie ensuite on se lasse…Dommage, car le début était bien inventé.

Aurore S 601

novembre 13th, 2011

Mister Pip de Lloyd Jones, Nouvelle Zélande

Après une parlote autour de Mister Pip, il en ressort que c’est un livre touchant, facile à lire et que l’on aime dès les premières pages tant on peut croire à l’histoire et s’identifier aux personnages.

Bien que l’histoire se déroule à l’autre bout du monde, sur une petite île du Pacifique, au milieu d’une guerre, le personnage principal Mathilda a presque notre âge et est en train de se construire.  En effet, c’est Mr Watts, le seul blanc de l’île, qui va lui faire découvrir le monde extérieur en lui faisant la classe. Ainsi, à travers la lecture et la découverte des autres, il permet à Mathilda de s’évader, d’ouvrir son esprit en lui apprenant que tout le monde à quelque chose à apprendre aux autres et surtout, il lui offre une ouverture vers le monde extérieur.

Pour autant, Mr Watts, surnommé Bel Oeil sur l’île, est mis à l’écart à cause de sa couleur de peau par les habitants de l’île qui le croient aussi mauvais que les autres blancs par qui la guerre est arrivée et qui les ont repoussés.

Dolorès, la mère de Mathilda a aussi un rôle très important ; c’est autour de ces deux adultes que la jeune fille se construit. C’est à cause d’elle et de sa jalousie envers Mr Watts que les malheurs arrivent au village. Néanmoins, elle semble pleine de regrets et se rachète à la fin du livre en défendant le défunt professeur.

Finalement, Mathilda va vivre des évènements affreux mais grâce à l’éducation que lui ont donné Dolorès et Mr Watts elle parvient à se reconstruire. Après avoir quitté l’île, elle consacre ses études aux personnes qui lui ont servi de modèle pour avancer : Charles Dickens, l’auteur Des grandes espérances, le livre qui lui a permis de s’évader par l’esprit et bien sûr Mr Watts sans qui rien n’aurait été possible.

Après quatre livres lus dans ce prix littéraire, je trouve que Mister Pip est le meilleur d’entre eux autant pour son histoire que pour la manière d’écrire de l’auteur.

Olivier M.

novembre 4th, 2011

Les plantes parlent

Ce livre à la fois complexe et simple, partage (à mon avis) beaucoup de sentiments. J’ai ressenti de la tristesse pour le frère aîné de Kihyon. Il perd tout par la faute de la jalousie de son frère cadet. Mais Uhyon, m’a beaucoup déplu par son comportement. Il ne se bat pas pour s’en sortir au contraire, il s’humilie encore plus. Ces deux frères qui sont partagés entre amour et haine partageront des moments forts.  Kihyon qui essaye de trouver l’ex-copine de son frère, Sunni, pour réparer ses erreurs. Lors de la lecture, le passé de la mère apparaît, et se trouve être un moment essentiel dans le livre.

Mon moment préféré reste tout de même le partage du père avec son fils Kihyon sous l’arbre où le père se livre enfin. La nature étant présente tout le temps sous diverses formes montre des pensées, gestes ou sentiments des personnages assez touchants. La vie rêvée des plantes est un livre où beaucoup de sentiments sont exprimés et confrontés.

Marine BERANGER