mars 2nd, 2018

La face cachée de l’Orient

Zerocalcare ou plutôt Michele Rech est un auteur de BD Italien, né en le 12 décembre 1983 et qui a vécu à Rebibbia, un quartier populaire de la zone Est de Rome et qui abrite une prison et un mammouth. Il a obtenu deux fois d’affilée le prix XL en 2012 et 2013 et le prix Michelluzi 3 fois dont un pour la BD Kobane Calling.Mammuth_by_Zerocalcare_01

 

Kobane Calling est une BD qui raconte l’histoire des deux voyages du dessinateur dans la région du Kurdistan qui s’étend dans le sud-est de la Turquie, dans le nord-est de l’Irak, dans le nord-ouest de l’Iran et sur deux petites régions au nord-est et au nord-ouest de la Syrie. Il y rencontrera des membres du YPJ (Yekîneyên Parastina Jin: unité de protection de la femme) et des membres du PKK (Partiya Karkerên Kurdistan: Parti des Travailleur du Kurdistan).

Son premier voyage se déroule à Mesher, un petit village en Turquie a un kilomètre du front avec Daech puis dans un camp de réfugiés où il découvrira leur mode de vie et leur organisation et où l’on verra que les femmes ont une place importante dans leur20180226_114941-1[1] société et ne sont pas persécutées  comme dans les préjugés des médias.

Lors de son second voyage, Zérocalcare ira a Kobané et rencontrera des membres du YPJ avec qui il fera le voyage du Canton de Cizre à Kobané  où il rencontrera les résistants  à Daech et l’horreur de cette guerre. Il ira aussi dans les montagnes de Quandil pour rencontrer les Membres du PKK qui sont considérés comme des terroristes par l’état Turc alors que ce sont les seuls avec les YPG et YPJ à vraiment se battre contre Daech.

Ils feront la rencontre de Hevàl Cuma le second fondateur du PKK après le président Öcalan; et le dessinateur ira passer quelques jours dans les Montagnes Quandil avec un groupe de femme du PKK. On apprend que certaines ont rejoint le PKK car elles étaient maltraitées.

Tout d’abord, j’ai aimé ce livre car le récit est bien fait, les dessins sont simples mais jolis et les décors et arrières-plans sont très bien faits. De plus, les vignettes en noir nous décrivent très bien l’horreur de cette guerre.

p153                                        p47                                        p194

20180225_165505

20180226_130343[1]

20180226_130432[1]

 

 

 

 

 

 

L’auteur nous fait aussi parvenir ses pensées au moment de l’histoire et fait aussi de l’uchronie pour cela il utilise souvent des caricatures ou des personnifications et il faut avoir les références pour comprendre.

exemple de caricature:

20180226_124325-1[1]

20180225_171329

20180225_171324

 

 

 

 

 

 

exemple d’uchronie:

p88                                          p127

20180225_16592020180225_171958

 

 

 

 

 

 

Cette BD est aussi pleine d’humour il arrive à nous faire rire avec certaines de ses peurs ( comme les lentilles au petit déjeuner) ou avec son addiction au chaï (« une sorte de thé ») mais aussi de certaines choses vraies et parfois pas des plus plaisantes qu’il caricature en simplifiant la réalité de sortes à ce qu’elle fasse rire.

20180225_165332-1

20180225_17145520180225_165017

 

 

 

 

 

 

1-p136 sa peur de savoir s’ ils vont avoir des lentilles pour le petit déjeuner

2-p156 son addiction au chaï

3-p29 caricature de comment ils  propagent leur terreur

 

Et ce n’est pas tout, en plus de toutes ces qualités de BD, cette oeuvre parle du rôle des femmes au Kurdistan et montre qu’elles ne sont pas obligées de porter un voile ou de rester au foyer mais elles peuvent aussi se révolter, faire la guerre ou même diriger un groupe ou un pays. Elles sont aussi autoritaires et respectées et elles occupent un place importante dans la résistance contre Daech.

20180225_165108

20180226_142741[1]

 

 

 

 

 

 

1-p36 quand Newroz lui parle de leur révolution

2-p38 compare les action des femmes et celles des politiciens

Cette BD nous montre aussi ce que l’État Turc essaye de cacher et elles nous apprend la vérité des choses sur la situation du Kurdistan et non l’image des médias qui instrumentalisent le moindre mort et qui montrent le contraire des choses sans rentrer dans les détail et ne parlent principalement que des conflits.

p248 image des actions de ceux qui vivent la guerre20180226_144013[1]

 

 

Pour finir j’ai beaucoup aimé cette BD et je vous la recommande, les dessins sont biens faits, l’histoire est intéressante grâce aux  thèmes abordés et en plus elle est humoristique, ce qui nous permet d’être captivés malgré les longs dialogues qui sont souvent ennuyeux dans des BD. Si vous voulez savoir ce qui se passe au Kurdistan et avoir un petit moment de détente et de rire, je vous la conseille fortement.

 

p.s.: désolé pour les images coupeés; si vous voulez les voir mieux il vous suffit de les sélectionner.

 

 

 

Pablo, 606

janvier 12th, 2016

Rejeté mais accepté pour la guerre.

Publié le 21 août 2014 par Valérie Zenatti ,qui est aussi une traductrice, née le 1er avril 1970 ce livre fut récompensé par le prix du livre inter.

Jacob est juif d’Algérie, il a été rejeté pendant la guerre de 1939 à 1945 par les écoles en raison de sa religion. Il continua tout de même à étudier et  revint finalement  dans les établissements scolaires peu de temps après.

Lors de la libération de la France sur les côtes de Provence puis en Alsace, il fut obligé de partir laissant son père et son frère détestables mais une mère sensible et douce. Pour le héros, rejeté jusqu’alors par la France , cette obligation est une aubaine car cela lui permet d’être accepté par ce pays. En revanche sa mère fut dévastée par le départ de son fils.

Ce roman  savoureux mais lent sur la fin est un mélange de moments intenses. L’ambiguïté de la place des Algériens à travers le personnage de Jacob et de sa famille permet d’entrevoir comment la guerre a été vécue de l’intérieur par ces français d’une autre culture. Valérie Zenatti réussit avec ce livre à transmettre subtilement l’histoire d’un de ses aïeux.

 

janvier 15th, 2015

Critique « Le jour ou Nina Simone cessa de chanter »

« Le jour ou Nina Simone a  cesser de chanter » est un roman écrit par Darina Al-Joundi. Ce livre raconte la vie d’une petite fille qui a grandi dans un contexte de guerre au Liban dans les années 80.

Je n’ai personnellement pas apprécié ce livre car il n’y a pas d’actions. Je trouve ce roman assez triste suite aux nombreuses péripéties survenues lors de l’enfance de cette petite fille, qui apprend à vivre dans un milieu partagé entre la guerre et la mort.

Voici un lien de la biographie de Nina Simone si vous voulez en savoir plus sur cette chanteuse : http://www.universalmusic.fr/nina-simone/biographie

François

 

décembre 28th, 2014

Au pays des Merveilles…

La sélection de cette année est forte en émotions, notamment par l’abondance de personnages tous aussi intriguants les uns que les autres. J’aimerais vous parler de deux d’entre eux, deux personnalités dérangeantes, servant des romans à l’ambiance particulière.

D’un côté un enfant, Tochtli, environ une dizaine d’années, de l’autre côté un homme, Josef, environ une cinquantaine d’années. Je vous parlais plus haut de personnalités dérangeantes, car en effet le mot « dérangeant » est plus qu’approprié quand on nous parle d’un scientifique nazi racontant diverses expériences sur des milliers d’enfants : « Comment transformer des yeux marrons en yeux bleus ? » « Peut-on créer des siamois en cousant deux jumeaux par le dos ? », toutes ces théories, il les a testées et nous en sommes les confidents tout au long de ce livre.

Ensuite Tochtli me direz vous qu’a-t-il de dérangeant ? C’est un garçon d’une dizaine d’années, encore trempé dans l’innocence de son jeune âge…et pourtant fils d’un puissant narcotrafiquant, il connait sur le bout des doigts les différentes manières de « créer des cadavres » et que « le sang est difficile à nettoyer ». D’ailleurs il n’a pas les occupations d’un enfant ordinaire, ce qu’il aime lui c’est collectionner les chapeaux, enrichir son zoo privé et apprendre des mots compliqués. Tout ce petit monde qu’il nous raconte à travers ces yeux d’enfants pourrait passer pour quelque chose d’ordinaire, cependant en quoi le trafic de drogue, ou bien le fait de tuer des hommes est banal ? En rien et c’est bien la manie qu’a cet enfant de n’être point dérangé par cela, qui nous dérange à nous.

Enfin, je n’en dirai pas plus sur ces deux personnages qui ont le mérite d’être tout deux des héros à leur manière, et je vous laisse le loisir de vous faire votre propre opinion. Dixit Juan Pablos Villalobos : « Il semblerait, en effet, que toutes les civilisations comptent leurs coupeurs de têtes et qu’il ne soit pas si rare que les petits lapins blancs se transforment en serpents à sonnette ».

Josef a achevé sa transformation depuis bien longtemps.

Elodie G, 601.

janvier 13th, 2014

Le destin tragique d’un humble chirurgien

L’attentat est un roman écrit par Yasmina Khadra en 2005. Ce livre raconte l’histoire d’un chirurgien arabe reconnu dans la ville de Tel Aviv qui, à la suite d’un attentat suicide, perdra sa femme. En effet, Amine (le chirurgien) réalisera que son épouse était liée à un groupe de fanatiques islamistes, et, qu’elle a préféré mettre fin à ses jours en tant que martyr.

Ce livre est très attirant car nous pouvons remarquer le contraste entre la vision d’un chirurgien qui sauve des vies en pensant que c’est la plus précieuse des choses, et, un groupe qui vénère un martyr car il s’est sacrifié et a tué une vingtaine de personnes innocentes.

Au fur et à mesure de l’enquête réalisé par Amine, le personnage va voir son destin se dégrader en apprenant diverses nouvelles comme la correspondance de certains de ses proches avec ce groupe. En effet en plongeant dans la découverte d’une vérité inacceptable, le personnage sera complètement déboussolé.

Ce livre se termine étrangement et vous laissera perplexe.

 

Paul.L 605

 

décembre 10th, 2013

La délivrance est à portée de main…

Délivrance est un roman d’ Adler Olsen écrit en 2009 qui a été édité par Flakepost Frap. C’est un polar qui nous présente de nombreuses histoires, qui n’ont, apparemment, aucun lien entre elles. Au fur et à mesure du livre, toutes les histoires se rejoignent, pour au final, prendre tout leur sens.

C’est l’histoire d’un kidnappeur, mais aussi d’une équipe de policiers qui s’occupe de vieilles affaires non résolues dont notamment l’histoire d’une lettre trouvée dans une bouteille qui a été écrite avec du sang. Le personnage principal, le kidnappeur, dont on ne connait pas le nom puisqu’il présente des identités multiples, est poussé par sa haine envers les sectes, et ce, par la faute de son père, un extrémiste catholique, qui, quand il était jeune, l’a maltraité.

Ce livre m’a plu car j’ai beaucoup aimé les différentes intrigues présentées à travers le scénario. Malgré tout ça, j’ai trouvé certains moments un peu ennuyants, c’est pourquoi j’ai sauté quelques pages de temps en temps, ce qui ne m’a pas empêché de bien suivre l’histoire. En effet, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de moments ou il ne se passait RIEN. Pourtant, le lecteur est retenu par le suspens. Par contre, les moments d’actions sont palpitants et passionnants… Je vous recommande de le lire car il est certes long, mais j’ai beaucoup apprécié le rythme soutenu qui laisse le lecteur constamment en haleine.

Louis M. de 601

 

décembre 10th, 2013

Une Volonté de Glace

Ree Dolly a 17 ans. Elle vit seule dans la forêt des Ozarks avec ses deux frères dont elle s’occupe. Quand son père sort de prison, il disparaît sans laisser de traces. Elle n’a pas d’autre choix que de se lancer à sa recherche et ce sous peine de perdre la maison familiale, utilisée comme caution auprès de la justice. Ree va alors se heurter au silence de ceux qui peuplent ces forêts du Missouri. Mais elle n’a qu’une idée en tête, retrouver son père pour sauver sa famille.

Nous avons trouvé que ce roman était sombre et triste. La noirceur dans cette histoire succède au désespoir. C’est un roman bien écrit, qui regroupe beaucoup de scènes d’action et d’émotion tout au long du récit. Ce qui nous a le plus ému, c’est la volonté de Ree à retrouver son père par n’importe quel moyen, sans jamais renoncer, pour éviter à sa famille d’être mis à la rue. Le personnage de Ree est très attachant et dès les premières pages, on se retrouve envoûté par ce personnage, au point de ne plus vouloir le lâcher, l’abandonner. Par ailleurs, la chute du roman est surprenante. Au final, nous avons trouvé ce roman très émouvant et attachant du début à la fin, sans aucun ralentissement dans cette superbe histoire. 

Nous vous recommandons donc de lire ce roman.

Anthony et Emmanuel  601…

novembre 29th, 2013

L’attentat , un roman passionnant !

L’attentat de Yasmina Khadra , publié en 2005, raconte l’histoire tragique d’un chirurgien, Amine Jaafari, dans un attentat kamikaze à Tel-Aviv. L’hopital reçoit un grand nombre de blessés, femmes, enfants … . Dans la nuit, l’un de ses amis l’appelle pour venir à l’hôpital d’urgence, ne comprend pas pourquoi , il vient quand même. Puis c’est à ce moment là qu’il apprend que la personne qui a causé l’attentat est sa femme. Il va faire tout pour comprendre le choix de sa femme qui était normalement partie en voyage.

Ce roman est vraiment l’un des meilleurs livre que j’ai lu ! Pour la simple raison que l’histoire de ce docteur est passionnante, il part et recherche les moindre indices qui pourraient l’aider dans sa quête éperdue qui a pu motiver sa femme à commettre un tel acte. Quand il voyage dans les différentes villes , Bethleem, Tel-Aviv, Jérusalem , on voit ce qui se passe vraiment , ce conflit entre Israël et la Palestine. On se sent vraiment attaché a ce personnage.

Simon. D 612

novembre 9th, 2012

Parlote sur l’herbe

Nous avons fait un tour de table de l’avancée de nos lectures et de nos impressions.Le nombre de livres lu est varié selon les élèves et chacun essaye de se fixer des objectifs de lecture pour la prochaine parlote.

Puis on s’est ensuite réparti en 4 groupes pour discuter autour de 4 livres : Le retour de Jim Lamar, D’acier , Esclaves et Le Dernier frère. Le retour de Jim Lamar est apparemment un livre assez simple et plaisant à lire, bien que l’histoire ne devienne intéressante qu’après la rencontre des deux protagonistes autour de la page 50. Dans son récit, l’ ex-soldat décrit la façon de pensée et nous raconte la vie de ses camarades morts, à tel point qu’on a l’impression de bien les connaître ce qui rend le lecteur mal à l’ aise : on a l’impression de perdre quelqu’un que l’on connaît. Finalement le récit de Jim Lamar sur sa longue absence est émouvant et le lecteur est pris à la gorge au moment de lire sa dernière lettre … Suite à la prochaine parlote

Rémi et Paul 603

janvier 3rd, 2012

La Lune s’enfuit

Rax Rinnekangas né en 1954 à Rovaniemi en Finlande écrit « La Lune s’enfuit », un roman plutôt difficile pour les âmes fragiles ? Oui.

L’auteur est très descriptif des le début. Pendant toute la lecture il y a une sorte de connexion entre les adolescents et la nature qui est plutôt intéressante.
Comme tous les ans, Lauri va chez ces cousins Sonja et Léo. Un « love triangle » se forme et très vite ont des relations sexuelles avec l’un l’autre alors qu’ils sont encore très jeunes. Un jour Sonja meurt atrocement.
Le reste du temps les garçons se lamentent de la mort de leur amoureuse. Léo et Lauri ne se parlent plus. La dernière moitié du roman n’est que tristesse et lamentation.
De plus plein d’histoires restent inconnues. Le grand-père dont ils parlent tant dès le début du roman ? Lotvonen qui disait tout savoir sur la mort de Sonja ? Mais quoi ? Et puis Léo a-t-il été découvert ?

En conclusion ce roman donne envie de tourner la page…mais seulement dans la première partie ensuite on se lasse…Dommage, car le début était bien inventé.

Aurore S 601