mars 26th, 2019

Une femme blessée

               La fille du train est un thriller psychologique écrit par Paula Hawkins, une écrivaine britannique qui a beaucoup de succès, elle écrit des best sellers. Cette auteure a écrit plusieurs livres, dont Au fond de l’eau, Reunion et One minute to midnight… 

              Ce roman raconte l’histoire de Rachel, une femme qui a sombré dans la dépression et l’alcool depuis qu’elle a divorcé de Tom. Elle a perdu son travail il y a plusieurs mois mais elle ne l’a dit à personne, elle fait semblant de s’y rendre en prenant le train qui la mène à Londres et qui la ramène dans sa banlieue, tous les jours. Chaque jour, elle observe son ancienne maison, celle qu’elle habitait avec Tom mais surtout le couple voisin qu’elle a surnommé Jason et Jess et qu’elle imagine comme un couple parfait et sans histoire. Jusqu’au jour où elle voit un autre homme avec Megan « Jess ». Quelques jours plus tard elle apprend la disparition de cette femme. Rachel est persuadée qu’elle a vu quelque chose concernant la disparition de Megan pendant une nuit d’ébriété. C’est à partir de ce jour que la vie de Rachel va basculer. Rachel va donc se rapprocher de Scott « Jason », elle va croiser Tom et Anna, la nouvelle épouse de Tom. Rachel va donc essayer de résoudre et de se rappeler de ce qu’il s’est passé ce soir là. 

               Ce récit ménage le suspense, parce qu’elle garde le lecteur angoissé par ce qui va se passer, et nous attendons la prochaine étape avec une grande inquiétude. Il aborde des thèmes tels que l’alcoolisme parce qu’on voit Rachel tout le temps perdue avec une bouteille dans les mains. Les femmes et l’adultère sont aussi un sujet de discussion… 

              La fille du train est un romain du genre du thriller c’est à dire fait pour provoquer chez le lecteur une excitation et le tenir en haleine jusqu’au dénouement de l’intrigue. L’auteur, Paula Hawkins a un style à la fois feutré et étouffant, on prend l’exemple de la vie de Rachel, un nuage noir, une vie étouffante pour Rachel, hantée par les souvenirs de son ancienne vie et blessée par la trahison.

             Ce livre m’a beaucoup inspirée, au début je l’ai trouvé très long mais petit à petit j’ai réussi à le lire. J’ai beaucoup apprécié l’histoire, les personnages… Je me sentais dans l’histoire, vivre leurs émotions, sentiments… j’ai beaucoup aimé la fin parce que l’auteur nous montre que la tromperie, le désir et le mensonge mènent au meurtre.

Achoura, 605 

mars 25th, 2019

Un thriller sombre, qui changera votre regard sur les trajets en train…

           Paula Hawkins est une écrivaine britannique. Née au Zimbabwe et diplômée à Londres, elle écrivait des articles pour le quotidien britannique The Times. Elle rédige son premier livre, de conseils financiers pour les femmes, »The Money Goddess » en 2006.

Elle commence ensuite, une carrière de romancière vers 2009 et elle rencontre le succès avec son roman La fille du train ( The girl on the train) en 2015.

Ce dernier est un thriller, un genre qui utilise le suspense et l’intrigue, pour provoquer chez le lecteur des sensations fortes et excitantes.

Dans ce roman on trouve des différents thèmes tels que l’amour, mais aussi la trahison, la fragilité psychologique de l’héroïne traduite par des problèmes d’alcoolisme, les mensonges et la recherche continue de la vérité; une grande partie de l’histoire est construite sur l’imagination et les souvenirs.

          Rachel est un personnage fragile, avec des problèmes d’alcool et blessée par la trahison de son ex-mari Tom. Elle a perdu son emploi et ne l’ayant dit à personne elle prend chaque jour le train de 8:04 vers Londres et celui de 17:45 pour rentrer.

Elle est toujours assise à la même place et quand elle regarde par la fenêtre lors d’un arrêt elle voit une jolie maison, pas trop loin de celle qu’elle partageait avec Tom. Rachel est obsédée par cette maison et par ses occupants auxquels, elle a même attribué des emplois et des prénoms: Jess et Jason. Elle considérait ce couple comme parfait et heureux jusqu’au jour où elle voit un autre homme avec Jess à la maison. La jeune femme a-t-elle trompé son mari comme Tom l’a fait avec elle ? Des jours plus tard les journaux annoncent la disparition de Megan, qui dans son imaginaire était Jess. Depuis ce jour, la vie de Rachel va basculer, elle était là à proximité de sa maison et elle l’avait même vue mais elle était trop ivre pour se souvenir de ce qui s’était passé. A-t-elle un lien avec la disparition de Megan?

Entre trous noirs, imagination, souvenirs flous ou faux et mensonges, Rachel va tout faire pour découvrir la vérité cachée derrière la mort de Megan…

          « C’est ce que m’ont appris mes séances de psy: les manques dans ma vie seront éternels. Il faut grandir autour d’eux, comme les racines d’un arbre autour d’un bloc de béton; on se façonne malgré les creux(…) » J’ai aimé cet extrait car dans cette citation l’écrivaine utilise la comparaison pour lier les manques de la vie de Rachel et les racines d’un arbre, car elle explique que les deux grandissent malgré les creux. Celle-ci est une des nombreuses citations où on ressent la fragilité de Rachel, mais au contraire, dans ce cas elle essaye de remonter les gradins malgré la douleur.

Lorsque j’ai commencé ce livre, j’ai ressenti de la curiosité par rapport à ce personnage de Rachel, car je me demandais ce qu’elle avait pu subir pour qu’elle devienne une alcoolique sans espoir. Megan est un autre personnage avec une personnalité qui m’a intriguée et attirée, car le côté psychologique et mental de ce personnage est très intéressant.

           J’ai lu ce roman en quatre jours, c’est un roman avec une intrigue qui te tient jusqu’à la fin.Tout un jeu de mémoire,de souvenir coupés ou faux, de flash-back est installé et quand tu le commences tu es obligée de continuer jusqu’à la fin.

C’est une trame géniale et originale avec un final inattendu.

J’ai vraiment adoré et il très simple à lire car on a le style d’un journal intime, ou plutôt trois, ce qui te donne les différents points de vue, celui de Rachel, d’Anna et de Megan. On arrive à s’attacher à Rachel et à comprendre sa vie et son désespoir. L’histoire devient addictive et comme Rachel la recherche de la vérité devient une espèce de mission, une obsession.

Maintenant, à chaque fois que je prends le train ou même seulement je le vois passer je pense à ce livre… Il restera dans mes pensées jusqu’à la fin, c’est un livre à ne pas rater!

Afaf, 605 

 

 

mars 25th, 2019

Rachel dans le labyrinthe

Dans le train de 8h04, qui va de Ashbury à la gare d’Euston, certains tapotent sur leur ordinateur ou leur portable, d’autres dorment, d’autres encore regardent par la fenêtre et s’amusent à imaginer la vie de ces gens qu’ils aperçoivent à travers les vitres. C’est le cas de Rachel qui emprunte ce train tous les jours, matin et soir, depuis maintenant 2 ans. Rachel est une jeune femme qui aurait pu être heureuse : amoureuse de Tom, son mari, jouissant d’une situation professionnelle acceptable, possédant une maison qu’elle a choisie. Mais la découverte de sa stérilité, le désamour de son époux qui lui préfère Anna, et la voilà peu à peu qui sombre dans l’alcoolisme. Elle perd son logement, son travail ainsi que le contrôle de son existence et de son esprit.

C’est ainsi qu’elle s’est imaginé une vie pour ce couple, devenu Jess et Jason pour elle.

Or, la monotonie des jours qui passent cesse brutalement lorsque « Jess » fait la une des journaux : elle a disparu.

S’en suit une enquête bancale, au gré des réminiscences plus ou moins alcoolisées qui brouillent les cartes. A la fois témoin peu fiable et investigatrice impliquée, Rachel occupe une position ambiguë dans l’affaire.

Le mystère s’épaissit au fil des jours, d’autant que la jeune femme disparue, Megan, reste introuvable. Ce thriller porté par trois femmes, Rachel, Megan et Anne, nous fait douter au fil des pages de l’intégrité et de la bonne foi de chacune.

Le roman est construit comme un assemblage de différents journaux intimes, l’histoire nous est donc racontée par plusieurs personnes comme un puzzle dans le but d’un tableau final.

Ce thriller psychologique à trois voix est d’autant plus stressant qu’il met en scène des gens ordinaires, des femmes auxquelles on peut aisément s’identifier, donc aucun personnage quasi parfait, ici, tous ont des secrets plus ou moins sordides.
Impossible d’imaginer la fin,
nous sommes constamment dans l’incertitude face aux événements qui se déroulent dans cette petite banlieue de Londres.

Peu de personnages à se mettre sous la dent mais une interaction relationnelle tellement labyrinthique qu’Icare lui-même s’y serait perdu.

Clémentine, 605

mars 24th, 2019

L’alcoolique en action

Rachel est une alcoolique mise à genoux par les dures épreuves de la vie, licenciée de son travail, elle prend deux fois pas jour le train pour aller à Londres, le 8 h 04 le matin et le 17 h 56 l’après-midi dans le but de ne pas éveiller les soupçons de sa colocataire Cathy qui n’est pas au courant de sa situation.

Chaque jour, elle est assise à la même place et lors de l’arrêt au feu du train elle observe la rue où autrefois elle vivait avec Tom son ex-mari et où habite un couple qu’elle observe depuis la fenêtre du train dont elle imagine secrètement la vie. Elle les a baptisés Jason et Jess et s’imagine à quel point ce couple pourrait être parfait, parfais comme le sien autrefois avec Tom.

Un jour, en passant dans le train, elle observe un homme embrasser Jess, un homme qui n’est pas Jason. Quelques jours plus tard, Rachel apprend que Jess de son vrai nom Megan Hipwell a mystérieusement disparu. Elle se fixe alors un nouvel objectif dans sa vie, découvrir ce qu’il lui est arrivé pour pouvoir aider Jason.

Dans son livre ,Paula Hawkins utilise la forme d’un journal, elle développe beaucoup les pensées de chaque personnage, fait des retours en arrière et elle fait durer le suspense tout au long du livre jusqu’au dernières pages pour qu’on n’ait pas envie de lâcher prise.

Pour conclure, mon avis sur ce roman est assez mitigé je dirais, d’un côté le livre est bourré de retours en arrière, l’auteure jongle entre les différent personnages et à cause de cela on pourrait se perdre, personnellement je n’ai pas été très attentive et ce n’est qu’au milieu du livre que je me suis rendu compte que Rachel et Megan étaient deux personnes différentes, ce côté-là du livre ne m’a pas plu. Cependant, d’un autre côté, Paula Hawkins a utilisé le suspense pour me maintenir accrochée tout le long du livre, j’ai réfléchi avec Rachel à l’identité du ravisseur de Megan, et les thrillers n’étant pas mon genre de livre favoris c’est grâce à ce suspense que j’ai pus finir les 378 pages du livre.

 Sana, 605

mars 24th, 2019

Un thriller psychologique efficace

La fille du train

La fille du train est un livre écrit par l’écrivaine britannique Paula Hawkins née au Zimbabwe le 26 août 1972 .Ce roman a eu un grand succès, c’est un thriller psychologique qui évoque l’histoire d’une femme appelée Rachel, le personnage principal.

Cette femme a sombré dans la dépression et l’alcool depuis sa rupture avec son ex-mari Tom.
Elle prend tous les jours le train et en passant près d’une maison elle fait preuve d’imagination pour inventer une vie aux habitants de cette demeure, il s’agit d’un couple qu’elle idéalise.
Ce couple qu’elle considère comme le “couple parfait” va lui permettre d’agrémenter sa vie triste et terne mais cela va devenir une obsession pour elle.
La routine de Rachel va changer lorsqu’un événement inattendu aura lieu, avec son courage et sa volonté elle va tout faire pour parvenir à connaître la vérité…

Ce que j’ai particulièrement apprécié est le suspense, l’intrigue et l’effet d’addiction, plus le lecteur avance dans la lecture davantage il veut en savoir .
Ce livre possède beaucoup de pages mais il est plutôt facile à lire, il est construit comme un assemblage de différent journaux intimes et cela va créer une complicité entre le lecteur et les personnages de l’histoire, plusieurs d’entre eux racontent la même l’histoire donc on a différents points de vue.
La fille du train est un livre que j’ai apprécié car il est captivant et avec une fin surprenante.

Wissam, 605

mars 9th, 2019

Un thriller incroyable…

La fille du train est un thriller psychologique écrit en 2015 par Paula Hawkins. Le thriller est un genre artistique très utilisé dans le cinéma, la littérature et la télévision exploitant le suspense ou la tension narrative pour provoquer chez le lecteur ou le spectateur une excitation ou une appréhension et le tenir en haleine jusqu’au dénouement de l’intrigue.

Paula Hawkins est une écrivaine de 46 ans née le 26 août 1972 à Harare au Zimbabwe. Elle a également vécu en France et en Belgique et réside maintenant à Londres. Elle a été journaliste pendant quinze ans avant de se consacrer à la fiction. Son premier roman, La fille du train, est devenu un best seller mondial et s’est vendu en 18 millions d’exemplaires, traduit en 12 langues. Une adaptation en film a été réalisée en octobre 2016 par les studios Dreamworks. Le réalisateur de ce film est Tate Taylor.

Dans ce livre, nous suivons le point de vue de trois personnages féminins, Rachel, Anna et Megan. Le début de l’histoire nous est raconté par Rachel Watson, une femme de 32 ans alcoolique, dépressive et divorcée. Tom, son ex-mari, s’est remarié avec sa maîtresse, Anna, et a eu une fille avec elle. Ils vivent dans l’ancienne maison de Rachel et de Tom. Rachel s’est fait licencier de son travail, mais pour que Cathy, sa colocataire ne se doute de rien, elle continue à prendre le train pour Londres chaque matin,ce qui l’amène à passer devant son ancienne maison où vivent Tom et Anna. Dans le train, elle aperçoit un couple voisin de Tom et Anna dans leur maison. Elle les imagine heureux et les idéalise comme le couple parfait. Un soir, depuis le train, elle aperçoit Jess (le nom qu’elle a donnée à la femme du couple) avec un autre homme. Quelques jours plus tard, on apprend que Megan Hipwell (le vrai nom de « Jess ») a disparu. Durant tout le livre, Rachel va « enquêter » sur la disparition, l’amenant à recroiser la route de Tom et Anna.

Les thèmes abordés dans ce livre sont la violence domestique, l’alcoolisme féminin et le voyeurisme. En effet, Anna est totalement soumise à Tom et ce dernier peut se montrer violent, comme à le fin du roman. Ensuite, au début de roman, Rachel se présente elle-même comme alcoolique. Elle boit tout les jours et se retrouve très souvent ivre. Rachel ne peut pas résister à l’alcool et en est presque dépendante. À la fin du roman, on nous dit qu’elle est restée vingt trois jours sobre, mais que l’envie de boire se fait ressentir. Et enfin, le voyeurisme parce que c’est en voulant observer la vie des autres que Rachel s’est retrouvée mêlée à toute cette histoire.

Le genre de ce livre est le thriller car tout au long de ce roman, nous nous posons la même question que Rachel : Qu’est-il arrivé à Megan ? Cette question fait maintenir une sorte de tension jusqu’à la résolution finale.

Dans ce roman, l’auteure change régulièrement de point de vue. Pour chacune des trois protagonistes, Paula Hawkins adopte un point de vue interne et utilise le présent de l’indicatif, ce qui donne l’impression de vivre le moment en même temps qu’elles. Malgré le fait que nous changeons régulièrement de point de vue, nous (les lecteurs) ne sommes jamais omniscients, bien que nous en sachons plus que les trois protagonistes.

J’ai beaucoup aimé ce livre. J’ai beaucoup aimé le fait que nous changions de point de vue. Les trois personnages principales sont très bien écrites et se ressemblent un peu au fond. En effet, elles sont toutes les trois, à leur manières, présentées comme des victimes : Rachel a été trompée puis abandonnée par Tom, ce qui l’a fait plonger dans l’alcool et la dépression ; Anna est constamment harcelée par Rachel qui ne lui pardonne pas de lui avoir volé son mari ; et Megan qui a perdue son frère et qui a été tuée. J’ai adoré comment Paula Hawkins a traité la psychologie des personnages, plus particulièrement celle de Rachel, et j’ai beaucoup de sympathie pour elle. Cependant, je n’ai pas été beaucoup surpris par la révélation finale car je m’en doutais un peu.

Isaie, 605 

mars 13th, 2016

La fractale des raviolis, un voyage littéraire

Saurez-vous donc vous laisser porter par ce roman composé de plusieurs histoires aux liens étroits ?

Avec ce premier roman, Pierre Raufast ajoute à la géométrie rigoureusement scientifique, la collision jubilatoire du probable et de l’improbable. En effet, tout au long du roman nous passons de personnages en personnages, tous plus hors du commun les uns que les autres, mais malgré tout avec un point commun leur esprit très scientifique et rationnel !
Si vous ne vous perdez pas dans les longueurs présentes au milieu du roman, deux questions vous tiendrons en haleine : ces personnages parviennent-ils toujours à leurs fins ? Pierre Raufast arrivera-t-il à boucler ce roman ?

N’hésitez plus et embarquez !

Julien L-P, 602

janvier 12th, 2016

Un auteur a tué deux tueurs à gages

Patrick de Witt est un auteur et scénariste canadien né à Vancouver en 1975, il a donc environ 40 ans.
Il a reçu le Prix du Gouverneur général : romans et nouvelles de langues anglaises 2011. Il a aussi reçu le Prix des libraires du Québec en 2013 pour Les frères Sisters qui est le livre que je vais vous présenter.

Cette histoire se passe pendant la Ruée vers l’or en Amérique du Nord, plus précisément dans le Colorado.

Les Frères Sisters, deux tueurs à gage engagés par Le Commodore, vont devoir poursuivre un chercheur d’or à travers toute l’Amérique du Nord.
Eli, le calme pouvant subitement changer de personnalité durant ses sautes d’humeur, et Charlie, le généralement violent et complètement brute, vont passer au travers de nombreuses péripéties durant leur voyage.
Contrairement à Charlie qui fait tout ce que lui dit le Commodore sans s’interroger sur le bien-fondé de sa mission, ce qui lui vaudra d’être comparé à un chien par Eli, ce dernier va s’interroger sur le véritable but du Commodore et si le chercheur d’or mérite réellement de mourir, ainsi que sur sa relation avec son frère qui ne fait que le contredire et le dominer.

Malgré le fait que l’histoire semble assez intéressante au départ, avec un objectif bien établi et deux personnages hétérogènes dont il semble intéressant d’observer l’évolution, de nombreuses péripéties que j’ai trouvé inintéressantes et n’apportant rien à l’histoire vont venir couper l’action et mon envie de lire. On sent le désir de l’auteur de nous instruire sur certaines choses, comme sur l’histoire de l’Amérique ou sur le fait que les gens ont commencé à se laver les dents pendant la ruée vers l’or, cependant cela ne fait pas avancer l’histoire. Malgré le fait que ce livre soit répertorié comme « comique », je n’ai pas ri pendant ma lecture, si ce n’est souri pour certaines « aventures » se rapportant à Tub, le cheval d’Eli.

En résumé, si vous aimez les westerns et que cela ne vous dérange pas de vous éloigner de l’histoire principale toutes les 20 pages pour une « aventure » qui a de grandes chances d’être inutile à l’histoire, mais qui peut vous apporter de la culture générale, ce livre peut vous plaire. Si, comme moi, vous préférez une histoire se concentrant sur l’objectif principal des personnages et ne s’étendant pas à des péripéties n’ayant aucun rapport avec leur quête, ce livre a de grandes chances d’être long et laborieux à lire.

Louis