2 mars 2018

Un futur artificiel

Membrane est un roman édité en 2015, écrit par Chi Ta-wei un auteur Taïwanais pionnier de la littérature dit « queer » , un mélange de genres sous couvert ici de science-fiction.

Ce livre nous raconte l’histoire de Momo, un jeune fille habitant à T-ville, une ville sous la mer car la surface de notre terre est invivable à cause de la dégradation de la couche d’ozone. Cette jeune femme est une esthéticienne réputée et malgré son introversion , elle met au point une technique dont elle est la seule maîtresse, le M skin, qui permet de redonner de la jeunesse à ses clients. Le Mskin fournit aussi une protection aux UV et grâce à cette peau artificielle, elle a accès à diverses envies et passions charnelles.

Cette histoire, en plus de proposer une vision alternative d’un futur proche, nous révèle  les sentiments purs d’une mère contrainte d’abandonner sa fille pour tenter de guérir son virus en lui créant une vie artificielle grâce à des histoires transplantées dans son esprit. Le roman évoque aussi mode de pensée étriqué dans une société partagée avec les androïdes.

Mon seul regret n’a pas été l’histoire ni même le style d’écriture que j’ai énormément apprécié, mais sa « non sélection »  parmi les trios des classes cette année, et encore plus dans le trio gagnant. Honnêtement, ce livre avait sa place.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup apprécié ce roman de SF, et même si la fin reste toutefois déconcertante, elle n’en est pas moins bien amenée et cohérente.

Charlie, 606

 

 

Commenter l'article